Il n’y avait pas une seule scène captée de la comédie Les mecs de Radio-Canada qu’elle suscitait déjà la controverse.

Hugo Dumas
Hugo Dumas La Presse

Dans une lettre corrosive publiée dans La Presse fin octobre, l’écrivaine féministe Martine Delvaux dénonçait le fait que cette « comédie aux relents (LOL) de vestiaire ne [faisait] qu’enfoncer le clou de la violence genrée ». 

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Normand Daneau, Yanic Truesdale, Christian Bégin et Alexis Martin durant le tournage de la série Les mecs

Selon l’auteure, Les mecs « donne un porte-voix — un de plus — à des voix qu’on entend partout ». Risible et pathétique entreprise, avait tonné Martine Delvaux, qui a publié Le boys club à peu près au même moment.

L’auteur Jacques Davidts (Les Parent), toujours dans le journal que vous lisez actuellement, avait gentiment répliqué qu’il vaudrait mieux avoir vu les épisodes des Mecs avant de les éviscérer. Sage réponse.

Quatre mois plus tard, le tournage des 10 demi-heures de la comédie Les mecs s’achève dans un resto-bar de l’avenue Laurier Ouest. Serein et relax, le scénariste Jacques Davidts n’a pas été trop atteint par le brouhaha médiatique qu’a provoqué son plus récent projet télévisuel.

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Les mecs est une nouvelle série écrite par Jacques Davidts (en photo) qui sera diffusée sur Tou.tv dès le 4 juin 2020.

Martine Delvaux a publié sa lettre. Sophie Durocher en a rajouté. Personne n’avait rien vu, personne ne savait rien et, même moi, je n’avais pas fini d’écrire les textes.

Jacques Davidts, scénariste

L’intégralité des Mecs atterrira sur l’Extra de Tou.tv le 4 juin, avec une diffusion à la télé traditionnelle prévue l’automne prochain. L’histoire ? Celle de quatre potes dans la cinquantaine qui entament la dernière ligne droite de leur vie avec un paquet de remises en question.

« Il s’agit de quatre gars tout à fait normaux. Des hommes de 50 ans ordinaires, au courant de l’époque dans laquelle ils vivent, mais qui n’ont peut-être pas les références d’un trentenaire. C’est un show qui s’amuse avec la rectitude politique. Il ne s’agit pas de masculinistes, mais de gens qui se disent : on peut-tu relaxer et se calmer un peu ? Tous les mâles cisgenres ne sont pas des violeurs en série ou des agresseurs potentiels », explique Jacques Davidts en entrevue.

Christian Bégin, Alexis Martin, Normand Daneau et Yanic Truesdale incarneront le quatuor de quinquagénaires des Mecs, qui se réunissent toujours au bar de Nathalie (Julie Ménard) pour jaser.

Dans le premier épisode, le traducteur Simon (Alexis Martin) emménagera chez son ami prof d’université Christian (Christian Bégin) le temps de gérer sa séparation d’avec Geneviève (Lynda Johnson). En même temps, le fils de 22 ans de Christian, joué par Alexandre Nachi, reviendra lui aussi au bercail, évincé de l’appartement de sa mère partie méditer dans un ashram en Inde.

Des quatre copains, seul le fonctionnaire Martin (Normand Daneau) vit encore en couple, mais c’est sa femme, Sophie (Nathalie Mallette), qui porte les culottes. Quant à Étienne (Yanic Truesdale), propriétaire d’un gym haut de gamme, il espère encore trouver le prince charmant et se caser dans une routine comme celle que ses trois amis ont expérimentée.

Derrière la caméra, Ricardo Trogi (Les Simone, La Maison-Bleue) rappelle que Les mecs ne raconte pas la vie de quatre bûcherons. « Ce sont des personnages instruits. À 49 ans, je sens que je vieillis et que je me reconnais dans ce qu’ils vivent », note Ricardo Trogi, entre deux prises des Mecs.

Le réalisateur ajoute : « Ce ne sera pas un show d’intellos, ce sera réaliste et crédible. »

Et quelle différence a-t-il constatée dans la façon de collaborer avec des actrices de 30 ans dans Les Simone et des acteurs de plus de 50 ans dans Les mecs ? 

Les filles travaillent plus vite et sont plus ouvertes quand on leur propose des changements. Les gars, plus réfractaires, vont poser plein de questions et prendre plus leur temps.

Ricardo Trogi

Les bonnes nouvelles TVA

Mes taupes fouinent fort et me rapportent que TVA aurait renouvelé l’émission Studio G de Maripier Morin pour six nouveaux épisodes en prévision de la saison télévisuelle de 2020-2021.

Toutefois, le réalisateur Jean Lamoureux aurait quitté le navire, tandis que Josée Fortier (SNL Québec, Véronic DiCaire) aurait été rappelée en renfort pour la mise en scène.

Le concept de Studio G mérite un gros peaufinage. Fête privée, bien-cuit ou soirée hommage, l’émission s’est éparpillée entre 1res fois, Prière de ne pas envoyer de fleurs, En direct de l’univers et Tout le monde aime

Il faut maintenant que Studio G forge sa propre marque de commerce, sans avoir l’air d’emprunter des éléments à ses semblables.

Parlant de Maripier Morin, elle copilotera le gala Artis de TVA avec Jean-Philippe Dion pour la troisième année consécutive. La cérémonie proviendra en direct du Théâtre Denise-Pelletier le dimanche 10 mai, à 20 h.

Selon mes infos, ni Maripier Morin ni Jean-Philippe Dion ne seraient pressentis pour prendre les rênes des galas de Star Académie à l’hiver 2021.