Oubliez la catin de porcelaine des films Annabelle. Le maléfique Chucky ne fait pas le poids non plus. Même le clown mécanique de Poltergeist, qui étranglait le pauvre petit Robbie, n’accote pas le niveau d’étrangeté de la nouvelle poupée la plus terrifiante du cinéma et de la télé.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Ce sinistre bébé en silicone, il repose dans le berceau de la nouvelle série Servant (La domestique, en français) du service Apple TV+. Quelle production ensorcelante, écartelée entre Le bébé de Rosemary, American Horror Story et Black Mirror.

Les 10 épisodes (seuls les 4 premiers ont été mis en ligne) ne durent pas plus de 30 minutes. Ça s’engouffre d’une traite. Autre détail important : ce thriller psychologique aux accents surnaturels a été produit et réalisé, en partie, par M. Night Shyamalan, mais le M. Night Shyamalan des belles années du Sixième sens et d’Incassable. Pas le M. Night Shyamalan des films ratés comme La jeune fille de l’eau et Après la Terre.

PHOTO FOURNIE PAR APPLE TV+

Le bébé Jéricho dans la série Servant, produite et réalisée, en partie, par M. Night Shyamalan.

Servant se déploie comme un huis clos à quatre personnages dans la maison sombre et luxueuse de Dorothy et de Sean, jeune couple hip et fortuné de Philadelphie. Dorothy, jouée par Lauren Ambrose, la Claire de Six pieds sous terre, travaille comme reporter à la télé, et Sean concocte des recettes pour les plus grands chefs de la ville.

Dorothy et Sean vivent un drame épouvantable : leur bébé Jéricho a péri dans son sommeil à 13 semaines, plongeant Dorothy dans une psychose dont elle se remet à peine.

Pour mieux traverser son deuil, et sur la recommandation d’un psy, le couple achète une poupée quasi réelle, qui ressemble à un vrai poupon, c’est glaçant. Et Dorothy, qui n’a pas toute sa tête, traite la catin comme s’il s’agissait d’un enfant vivant qu’il faut laver, nourrir et border.

C’est extrêmement bizarre à regarder. Dans l’espoir qu’elle recouvre, un jour, ses esprits, Sean embarque dans le jeu de poupée de sa femme. Mais dès que Dorothy s’absente, Sean ne prétend plus. Et la figurine épeurante prend le bord.

Là où Servant devient encore plus tordu, c’est quand Dorothy, prête à reprendre le boulot, embauche une nounou de 18 ans pour s’occuper de la poupée Jéricho.

Sans poser de questions, la mystérieuse domestique, jeune femme pieuse fraîchement débarquée du Wisconsin, saute à pieds joints dans le délire de Dorothy : elle aussi prend soin de la catin, la cajole et la promène en poussette.

Seul Sean, comme nous, les téléspectateurs, mesure toute l’absurdité de cette mise en scène invraisemblable.

Puis, l’histoire prend une tournure glauque que je ne divulgâcherai pas. La maison aux planchers qui craquent se referme sur ses habitants. La domestique fabrique des crucifix en raphia comme dans Le projet Blair. Et des phénomènes inexplicables affligent Sean, le non-croyant du trio.

Dans une atmosphère gothique, Servant impose un climat de suspicion constante. Vous ne sursauterez pas en visionnant les épisodes, mais éprouverez des malaises. Parfois, on rigole, parce que l’actrice principale joue très gros, surtout dans le premier épisode.

La plupart du temps, vous vous demanderez : mais qu’est-ce qui se passe dans cette maison du diable, qui rend ses occupants fous ou malades ?

Fini Faits divers !

PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA

Éric Robidoux et Stéphane Demers dans une scène de la troisième saison de Faits divers

Il ne me restait que deux épisodes de Faits divers 3 à regarder sur l’Extra de Tou.TV. C’est fait. Quelle savoureuse comédie dramatique. Pendant la période des Fêtes, gardez-vous un peu de temps pour y jeter un coup d’œil, ça vaut l’investissement de temps et d’argent.

En excluant les policiers du poste de Mascouche, ce troisième chapitre de Faits divers a peu de liens avec le deuxième, qui se passait sur un terrain de camping nudiste.

L’action y démarre (et se conclut) dans une ferme d’élevage de dindons exploitée par le visqueux Denis Fontaine (excellent Steve Laplante).

L’auteure Joanne Arseneau exerce de nouveau son talent à inventer des personnages à la fois nonos et attachants, qui ont le don de se mettre dans le pétrin à répétition.

Mon nigaud préféré ? Kevin Fontaine (épatant Éric Robidoux), ex-membre d’un groupe pop des années 90 qui tire le diable par la queue. Un tata rigolo, toujours partant pour un plan foireux.

L’acteur Stéphane Demers est méconnaissable dans la peau de Marc Laveau, criminel assoiffé de vengeance.

Le sixième et dernier épisode de Faits divers attache toutes les ficelles scénaristiques, mais ouvre une porte à une quatrième enquête de Constance (Isabelle Blais) et de Jonas (Maxime Mailloux).

Père Noël, cela ferait un très beau cadeau, merci.