Des suggestions de séries, films, documentaires et émissions provenant de toutes les plateformes.

Natalia Wysocka
La Presse

Sur ICI ARTV

L’art de la chasse

« Je me fonds dans la nature, je me fonds dans le décor, je me laisse absorber. » Graveuse sur bois habitant Baie-Johan-Beetz, sur la Côte-Nord, Chantal Harvey démontre bien que la thèse avancée par Marc Séguin est vraie. À savoir que le lieu où un artiste habite a des répercussions et des influences immenses sur son travail. Dans cette minisérie réalisée par Bruno Boulianne, le peintre et romancier part à la rencontre de confrères et consœurs dans leur « habitat naturel ». Là, il découvre et analyse leurs œuvres à la lumière de cet endroit où elles ont été créées. Dans ce tout premier épisode, Chantal Harvey dévoile ainsi ses créations imprégnées de l’esprit de la forêt. Du lichen. De la roche. De la mer. De ses prises de lièvres au collet. « On est nés ici, observe-t-elle. Nés pour manger ce qu’il y a sur le territoire. Pas des ananas. » Un hommage à la fois à l’art et à la nature.

Lundi 16 septembre à 20 h 30

Sur Z

PHOTO FOURNIE PAR Z

L’animateur de Rire sans tabous Jean-François Mercier

Rire sans tabous

On peut rire de tout. Tout dépend de la façon de le faire. Et comment le fait Jean-François Mercier ? En utilisant la méthode la plus éprouvée de tous les temps : l’écoute. La discussion. L’ouverture. Dans cet épisode, il invite ainsi à son chalet quatre personnes vivant avec un handicap physique. Entre quelques gags parfois poussés livrés devant public, des parties de pétanque, une sortie au bingo et un souper, il nous les présente. Louisane, qui a perdu une partie de ses deux jambes et sa main droite après avoir contracté une méningite fulgurante. Guillaume, personne de petite taille qui déclare ne pas avoir demandé que les gens s’adaptent à lui, mais s’être plutôt adapté aux gens. Son coup de cœur amical Philippe, joueur de tennis ayant souffert d’un lupus l’ayant rendu paraplégique. Et Laurie, passionnée de mode et de beauté qui vit avec le syndrome de Morquio. Et dont le copain s’exclame à la caméra : « Je l’aime, Laurie ! Je vais toujours l’aimer ! » On adore.

Le mercredi 18 septembre à 21 h

Sur VRAK

PHOTO FOURNIE PAR VRAK

Maxim et Livia Martin dans Max et Livia

Max et Livia

La sympathique série continue son chemin. Dans ce troisième épisode de la troisième saison de cette charmante émission, Livia rentre tard, Max s’inquiète et Dom est à côté de ses pompes. Imbroglio de grille-pain, observations de barbes, jokes de Yamaska, trip de bouffe de cornichons… Dom(inic Paquet) et Max(im Martin) tentent de jouer aux adultes responsables pendant que Livia (Martin) rencontre un garçon avec qui « la chimie est tellement intense qu’ils ne touchent pas à leurs cells pendant six heures ». Saupoudrez de discussions sur la fameuse « friend zone », d’un peu de mentions Instagram, et vous comprendrez pourquoi les ados continuent de craquer pour cette production bien d’ici.

Le mardi 17 septembre à 19 h 30

Sur Investigation

PHOTO FOURNIE PAR INVESTIGATION

Griselda Blanco

Griselda Blanco, la Marraine

« Fin des années 70. L’Amérique s’enlise dans la dépression, mais un petit paradis ne connaît pas la crise : Miami. » La narration d’introduction, dramatique, donne le ton à ce portrait de Griselda Blanco. Visiblement, cette narcotrafiquante sans pitié continue de fasciner : elle a été incarnée dans un téléfilm de Lifetime par Catherine Zeta-Jones et, sous peu, elle le sera sur HBO par nulle autre que J-Lo. Criminelle sanguinaire qui aurait éliminé deux de ses maris (« She would marry the men and then… Elle s’accouplait, puis elle les tuait », nous apprend le doublage superposé), elle a été surnommée tour à tour « l’Épouvantail », « la Veuve noire » et « la Marraine ». Fan du Parrain, elle avait même nommé l’un de ses fils adorés Michael Corleone. On le voit d’ailleurs à l’écran, gamin, le regard défiant. Celui d’un jeune qui a commencé à dealer de la cocaïne à 6 ans. Meublé de commentaires d’hommes de loi, ce docu revient sur une vie de violence, d’intimidation. Et d’aucune, aucune compassion.

Le jeudi 12 septembre à 22 h