Ils ne s’en éloignent jamais trop, mais chaque fois que Macha Grenon et Roy Dupuis sont de retour à la télévision, cela mérite d’être signalé. Cet automne, ils reviennent en même temps. L’une à TVA, l’autre à ICI Radio-Canada Télé.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Macha Grenon : « Ma cinquantaine est belle »

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Macha Grenon considère être l’une des privilégiées dans son domaine. Elle parle cependant avec une certaine déception de la dégringolade des cotes d’écoute au Québec.

Macha Grenon parle de ses projets avec fierté et gratitude. Puisqu’elle a la chance de pouvoir choisir ses rôles, elle est bien consciente d’être une privilégiée dans le milieu. Que ce soit dans Les honorables, Pays, Marche à l’ombre ou Nouvelle adresse, elle parle de ses personnages avec des qualificatifs comme « complexes » et « complets ». Un cadeau du ciel, pour elle.

Après avoir battu un record de visionnement sur Club illico, la série Les honorables sera présentée cet automne à TVA. Écrit par Jacques Diamant (Ruptures, Toute la vérité) et réalisé par Louis Choquette (Mirador, Temps dur), ce thriller psychologique raconte l’histoire de deux juges à la Cour du Québec qui doivent vivre avec le fait que le présumé meurtrier de leur fille a été acquitté.

« C’est fascinant, à 51 ans, de jouer une femme qui n’est pas qu’une mère ou qu’une épouse ou qu’une professionnelle. Lucie est tout ça, en plus d’avoir un masque. Et jouer un masque, ça veut dire qu’il y a quelque chose en dessous… Et ça, c’est le fun », explique Macha Grenon.

Son âge, cette actrice d’exception ne craint pas de le mettre sur la table. « Mais j’ai un respect tellement tendre pour les femmes qui ne veulent pas en parler, parce que ce n’est pas facile dans le monde dans lequel on vit », précise-t-elle.

Et pourquoi en parler aussi ouvertement ? Parce que, au fil des années, elle apprécie que Jane Fonda, Diane Keaton ou Susan Sarandon en parlent de manière si décomplexée. « Puisqu’elles me font du bien, je me dis que ça peut aussi faire du bien à d’autres de m’entendre », dit Macha Grenon.

D’ailleurs, après la séance photo à La Presse avec son ancien partenaire de jeu, la comédienne souligne à quel point « le temps passe vite » et qu’ils étaient jeunes à l’époque de Scoop.

Il y a quelque chose de très beau de pouvoir mesurer la chance que nous avons eue de rencontrer des gens tellement inspirants et qui nous ont donné la chance de devenir la personne que nous sommes.

Macha Grenon

« C’est le temps qui te permet de te dire : “Mon Dieu, j’ai vraiment eu la chance de rencontrer des êtres si singuliers, si inspirants”, poursuit-elle. Et c’est sûr que Roy [Dupuis] en fait partie. C’est un artiste formidable, et j’ai eu la chance de commencer à ses côtés. »

Même si cette actrice considère être l’une des privilégiées dans son domaine, elle parle avec une certaine déception de la dégringolade des cotes d’écoute au Québec. Bien sûr, elle comprend que les gens, surtout les jeunes générations, se tournent vers d’autres plateformes pour consommer de la fiction, mais est un peu nostalgique du temps où le Québec parlait sensiblement du même sujet, et régulièrement d’émissions télévisuelles, autour de la machine à café.

« Je me souviens, à l’époque de Scoop, on m’expliquait que les centres commerciaux étaient carrément vides, le jeudi soir, parce que les gens nous regardaient en direct », dit celle qui se décrit comme une « raconteuse d’histoires ».

Elle conclut : « Lorsque l’imaginaire rassemble des gens, je trouve qu’il y a quelque chose de beau. »

Les honorables jouera le mardi, à 21 h, dès le 10 septembre, sur les ondes de TVA.

La boîte à surprises de Roy Dupuis

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Maintes raisons ont poussé Roy Dupuis à sortir de sa tanière pour participer à Toute une vie. Notamment, la vision et la personnalité du réalisateur Jean-Philippe Duval et le fait que l’histoire se passe dans une école pour jeunes filles enceintes ou mères.

Lorsqu’il ne travaille pas, Roy Dupuis ne s’ennuie pas. Sauf que, de temps en temps, un projet réveille en lui l’acteur et il y plonge avec ardeur, comme ce fut le cas pour Toute une vie.

Maintes raisons ont poussé Roy Dupuis, un des acteurs les plus prolifiques de sa génération, à sortir de sa tanière pour embrasser la nouvelle série de Radio-Canada. Notamment, la vision et la personnalité du réalisateur Jean-Philippe Duval (Unité 9) et le fait que l’histoire se passe dans une école pour jeunes filles enceintes ou mères.

« Je ne savais pas que ce genre d’école existait. Et ça aussi, en général, quand les histoires me surprennent, c’est un plus pour moi. Je ne sais pas si c’est mon côté scientifique qui aime découvrir de nouvelles choses », confie-t-il.

Le côté scientifique de Roy Dupuis ? Bien, si. Cet acteur dans la cinquantaine explique que sans le film Molière d’Ariane Mnouchkine, il n’aurait pas bifurqué vers le théâtre et aurait plutôt poursuivi ses études en sciences.

« Des fois, je regrette [mon choix de carrière]. Je ne m’ennuie pas quand je ne joue pas, mais je me dis que si j’étais un scientifique ou un biologiste et que je parcourais le monde et les océans… bon, OK, je me donne le plus beau rôle, vous allez dire ! […] Mais mettons que si j’étudiais le phytoplancton, les courants marins, l’effet du plastique sur la biodiversité ou whatever… je me dis que je serais peut-être encore plus intéressé par mon métier », confie l’un des comédiens préférés des Québécois.

Dans la même conversation, il se rétracte – ou plutôt nuance ses propos. Il avoue qu’il met peut-être des lunettes trop roses lorsqu’il s’imagine pratiquer un autre métier. Et le jeu le passionne encore, surtout en vieillissant, puisque les personnages qu’on lui offre sont encore plus intéressants.

Tout comme sa partenaire dans Scoop, Macha Grenon, il vit bien avec son âge et, surtout, il est fier du chemin parcouru.

J’ai quand même beaucoup changé depuis cette époque-là. J’étais pas mal plus sur le party que je le suis aujourd’hui. Je ne fume plus, j’ai arrêté de boire et mes préoccupations sont – quant à moi – plus profondes.

Roy Dupuis

Un de ses secrets pour cette vie plus saine ? Des visites chez le psychologue.

« Ça fait longtemps que je dis qu’on devrait aller chez le psychologue autant qu’on va chez le dentiste. C’est un outil très important, ça peut aider à vivre, orienter la vie et sauver ben du cash en fin de compte, puisque tu n’attends pas d’être en dépression pour être traité », suggère l’acteur.

Encore ici, c’est une des raisons pour lesquelles il a accepté Toute une vie, dans laquelle il incarne un psychoéducateur.

« On dénonce beaucoup le milieu masculin ces jours-ci, mais je trouve ça important que nous ayons de beaux modèles d’hommes à la télé. Je trouve que nous en avons autant besoin que nous avons besoin de dénoncer les côtés plus sombres de la masculinité. »

Lorsqu’il n’interprète pas des rôles, Roy Dupuis voyage pendant plusieurs semaines, voire des mois, entre autres en Inde où il a passé neuf mois. Il s’investit aussi dans des causes qui l’interpellent, comme l’environnement.

Que pouvons-nous lui souhaiter pour la suite des choses ?

« Plein de surprises. Que la vie me surprenne. Je veux être surpris par le métier, je veux être surpris par la vie. »

Toute une vie est diffusée le mardi à 20 h, dès le 10 septembre, à Radio-Canada.