On s’attendait à un carnage à la Game of Thrones, hier soir, pour la finale de la troisième saison de District 31. Du genre une fusillade au poste de police, un incendie violent, une prise d’otages sanglante ou le meurtre brutal de Noélie St-Hilaire (Catherine St-Laurent) par le fou à Yanick Dubeau (Patrice Godin), toujours en cavale comme dans une chanson de Pierre Flynn.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

La série quotidienne de Radio-Canada a plutôt emprunté un détour surprenant, que personne n’avait deviné. Si vous prévoyez visionner cet excellent épisode ce soir, l’alerte au divulgâcheur s’active ici, comme la surveillance sur Bob Lamarre (Jean-Moïse Martin).

Pauvre Bruno Gagné (Michel Charette). En pleine poursuite, il a frappé une fillette de plein fouet.

Et, comme Bruno a de la difficulté à gérer les drames touchant les enfants, on se doute que cet incident le suivra dans la prochaine saison de cette émission-phénomène.

À la rentrée, l’action de District 31 reprendra quelques mois après la traque de Yanick Dubeau dans les rues de Brossard. Comme l’auteur Luc Dionne n’a pas encore entamé l’écriture des nouveaux épisodes, c’est difficile de lui arracher des infos exclusives.

Une bonne partie de l’intrigue hivernale de District 31 a été consacrée aux liens obscurs entre (feu) le motard Christian Phaneuf (Emmanuel Auger) et les services secrets canadiens. À un certain point, c’est devenu confus avec les nombreux retours en arrière à propos de l’écoute électronique, son financement nébuleux et (encore) le meurtre de Nadine Legrand (Magalie Lépine-Blondeau).

La saisie du disque dur des conversations téléphoniques et l’assassinat de Denis Larose (Steve Banner) par les SS ont fermé le chapitre Phaneuf de façon définitive. « C’est clos, cette histoire-là. Je ne parlerai plus de ça », souligne Luc Dionne en entrevue.

De toute façon, en excluant Daniel Chiasson (Gildor Roy) et Laurent Cloutier (Patrick Labbé), tous ceux qui connaissaient la vérité sur l’exécution de Phaneuf ont eux aussi été liquidés, de Clément Fecteau (Pierre Leblanc) à Maxime Vézeau (Vincent Leclerc).

Ce fut une semaine chargée pour les fans de District 31. Mercredi soir, Hélène Bourgeois-Leclerc a joué une scène poignante quand son personnage d’Isabelle Roy, malmenée par un divorce, une agression armée et un hold-up, a remis badge et arme de service au commandant Chiasson. Toute la détresse et l’épuisement des derniers mois se lisaient dans son visage, sans qu’elle prononce une seule phrase.

PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA

Hélène Bourgeois-Leclerc incarne Isabelle Roy dans District 31.

La longue descente de la sergente-détective Isabelle Roy a été minutieusement détaillée et planifiée par Luc Dionne.

En janvier, la comédienne a joint le scénariste pour l’informer de son désir de quitter la télésérie. « Elle avait donné ce qu’elle avait à donner. Elle voulait faire autre chose, et je respecte ça complètement », explique Luc Dionne.

L’idée du suicide d’Isabelle Roy a été évoquée, pour dépeindre une triste réalité dans le milieu policier, mais Luc Dionne a opté pour une solution moins dure. « J’ai dit à Hélène : on va préparer ta sortie très dignement », confie-t-il.

La démission d’Isabelle Roy laisse supposer qu’un nouveau SD se greffera à la gang du 31 en septembre. Luc Dionne demeure évasif, tout en précisant que Noélie ne possède pas assez d’expérience pour changer de grade.

La réplique de TVA

Même après trois ans en ondes, la popularité de District 31 ne fléchit pas. Ce qui agace, bien sûr, la concurrence.

Selon toute vraisemblance, TVA songe à attaquer le feuilleton policier de Radio-Canada avec une docuréalité matrimoniale l’automne prochain.

Après le succès surprise d’Un zoo pas comme les autres cet hiver, la chaîne principale de Québecor a flairé l’attrait pour les histoires vraies et offrira, en septembre, Si on s’aimait, une émission quotidienne qui suivra trois couples dans les débuts de leur relation.

PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Émily Bégin et Guillaume Lemay-Thivierge participeront à la nouvelle émission de TVA Si on s’aimait.

Guillaume Lemay-Thivierge et Émily Bégin, ensemble depuis trois ans, commenteront l’évolution des unions, tandis qu’une spécialiste, Louise Sigouin, aidera les participants à ne pas répéter les erreurs du passé.

C’est Anne Boyer de Duo Productions (L’heure bleue, Yamaska) qui a soumis cette proposition à TVA. Les participants de Si on s’aimait auront tous plus de 30 ans. On sent ici que TVA prend ses distances de XOXO, où la maturité n’a manifestement pas été invitée dans les penthouses.

TVA prévoit diffuser Si on s’aimait du lundi au jeudi, pendant 11 semaines, sans toutefois préciser la case horaire. Ça sent l’affrontement avec les flics du 31.

Le défi sera costaud pour TVA. En même temps, le succès des Naufragés de l’amour à Canal Vie montre un appétit pour la sincérité et l’authenticité dans les téléréalités. Personnellement, ça sera difficile de me faire rater ma dose de Poupou, Patrick, Bruno et Noélie. Bonne chance, mon chum !