Un moment historique, croit Dany Turcotte. Enfin, les victimes n'ont plus peur de parler. Même si plusieurs savaient, on se taisait. Si l'on en croit plusieurs invités d'un panel ému mais confiant, hier à Tout le monde en parle, ce temps-là est bel et bien révolu.

Mis à jour le 23 oct. 2017
Richard Therrien LE SOLEIL

Toute la dernière portion de l'émission a été consacrée aux scandales Salvail et Rozon, avec celles qui ont permis qu'ils éclatent, et une brève mention du cas de Gilles Parent.

Ma collègue de La Presse Katia Gagnon avait déjà entrepris une enquête il y a trois ans, après avoir entendu des rumeurs sur Éric Salvail et d'autres personnes du milieu artistique. « Je me suis frappée à un mur », a-t-elle dit. De son côté, Stéphanie Vallet connaissait quelques-unes des histoires dévoilées la semaine dernière, dont personne ne voulait parler ouvertement. L'affaire Harvey Weinstein a été la bougie d'allumage pour que les gens s'ouvrent enfin.

>>> Lisez la suite sur le site du Soleil