Lors du tout premier gala des Prix Écrans canadiens, le film de Kim Nguyen a enlevé 10 des 18 trophées attribués aux longs métrages de fiction.

MARC-ANDRÉ LUSSIER LA PRESSE

Une semaine après avoir participé aux Oscars dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère, et quelques heures après avoir obtenu le prix Luc Perreault / La Presse attribué par l'Association québécoise des critiques de cinéma, l'équipe de Rebelle a brillé aux Prix Écrans canadiens, tenus hier soir à Toronto.

Le très beau film de Kim Nguyen a transformé en trophées pas moins de 10 de ses 12 nominations.

Outre les trois prix les plus prestigieux (film, réalisation, scénario original), Rebelle s'est distingué dans les catégories d'interprétation (Rachel Mwanza fut sacrée meilleure actrice et Serge Kanyinda meilleur acteur de soutien), de la photographie (Nicolas Bolduc), de la direction artistique (Emmanuel Fréchette et Josée Arsenault), du montage (Richard Comeau), de même que dans les deux catégories consacrées à l'environnement sonore (son d'ensemble et montage sonore).

Sur scène, Kim Nguyen a rendu hommage aux Congolaises, «à leur force et à leur capacité de résilience». Il a aussi appelé les actionnaires et investisseurs à la responsabilité morale. «Assurez-vous que votre argent ne sert pas à financer de la violence et des bains de sang de l'autre côté de l'océan», a-t-il déclaré.

Cinq autres films primés

Face à cette déferlante, seulement cinq autres films sont aussi parvenus à s'inscrire au palmarès. Nommé 10 fois, Laurence Anyways, de Xavier Dolan, a fini la soirée avec deux prix (costumes et maquillages), tout comme le film de Deepa Mehta Midnight's Children, qui, nommé huit fois, a valu à l'auteur Salman Rushdie le prix de la meilleure adaptation, et à Seema Biswas celui de la meilleure actrice de soutien. Nommé trois fois, Cosmopolis, un film signé David Cronenberg, a enlevé les deux catégories musicales. Le compositeur Howard Shore a en effet obtenu le Canadian Screen Award de la meilleure musique originale, et la chanson Long to Live fut choisie meilleure chanson originale.

James Cromwell (Babe, The Queen) a obtenu le prix du meilleur acteur grâce à sa performance dans Still Mine. Dans ce film de Michael McGowan (Score : A Hockey Musical), à l'affiche le 10 mai au Québec, le vétéran acteur incarne un vieil homme de 89 ans qui s'expose à une peine d'emprisonnement lorsqu'il tente de construire une maison mieux adaptée aux 
besoins de sa femme malade. En recevant son prix, l'acteur a tenu à rendre hommage à sa partenaire de jeu, «l'incomparable» Geneviève Bujold. Cette dernière a d'ailleurs reçu une vibrante ovation avant de présenter le prix de la réalisation à Kim Nguyen.

Resident Evil : Retribution, déjà lauréat de la Bobine d'or remise au film canadien ayant généré les plus de recettes au box-office, fut aussi honoré grâce à ses effets visuels.

Stories We Tell, le fascinant film de Sarah Polley, s'est par ailleurs distingué du côté des longs métrages documentaires. Signalons aussi le prix attribué à Paula dans la catégorie du court métrage d'animation, un film signé Dominic-Étienne Simard, produit par l'ONF.

En différé

Rappelons que les Canadian Screen Awards (Prix Écrans canadiens) sont nés de la fusion des Genie Awards, qui récompensaient les artisans du cinéma canadien, et des Gemini (le pendant anglophone des prix Gémeaux), consacré aux artisans de la télévision.

Martin Short a animé ce gala qui a eu lieu dans la ville reine au Sony Center for the Performing Arts. On comprend toutefois mal pourquoi l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision persiste à tenir sa cérémonie «officielle» à une heure différente de celle de la diffusion à la télévision. Comme à l'époque des Génie Awards, il était ainsi possible de connaître tous les gagnants au moins une heure avant leur annonce à la CBC en consultant les médias sociaux. C'est ridicule.