La galère est l'émission qui a suscité le plus de réactions sur les réseaux sociaux avec 12 198 interventions sur Twitter et Facebook, durant la semaine du 30 septembre au 6 octobre.

Mis à jour le 15 oct. 2012
Maryse Tessier LA PRESSE

Occupation double et Unité 9 ont suivi avec 10 188 et 5191, respectivement. Signe que les temps changent, les réseaux sociaux commencent peu à peu à révolutionner notre manière de regarder la télé. Et les méthodes de calcul du succès des émissions suivent la vague.

Pour s'inscrire dans l'air du temps, l'entreprise montréalaise Seevibes propose un outil d'analyse de la performance sociale des émissions de télévision, le Seevibes TV Dashboard. «Pourquoi nous avons créé Seevibes? Parce qu'on s'est rendu compte qu'on ne regarde pas la télévision de la même façon qu'il y a 60 ans. Aujourd'hui, nous avons un choix pléthorique de chaînes de télévision, nous avons plusieurs écrans (dont la tablette et le téléphone intelligent). Il y a plus de distraction, mais en même temps, c'est une expérience plus riche autour de la télévision qui améliore l'expérience du téléspectateur», a expliqué à La Presse le président de Seevibes, Laurent Maisonnave.

Pour procéder à l'analyse des données, Seevibes dispose des données publiques, publiées sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, en lien avec plus de 2000 émissions diffusées à l'échelle du pays. Les résultats sont par la suite filtrés en fonction de la pertinence des interactions avec les émissions. Ainsi, un tweet dans lequel on lit «Mes destinées futures» ne pourra pas être calculé dans les interactions en lien avec l'émission Destinées à TVA, puisqu'il ne la concerne pas.

Par la suite, un classement est généré avec des données diffusées dans une période de 24 heures. Chaque émission reçoit un pointage. Il est attribué à une émission en fonction de la part de marché de l'émission, du nombre de personnes atteintes par les interactions sociales de l'émission, de la fidélisation du public, le nombre de fois que les téléspectateurs sont joints par une interaction sociale, les liens partagés dans les interactions (page Web d'une émission, page Facebook, etc.), ainsi que par un ratio entre les interactions publiées par l'émission et les interactions de la communauté. «Si un ratio est élevé, ça signifie que l'émission draîne beaucoup plus d'engagement», mentionne M. Maisonnave.

L'outil est essentiellement destiné aux télédiffuseurs et aux agences médias. Une version grand public, Seevibes TV Ratings est offerte sur le site internet de l'entreprise.