Après le règne de Michèle Richard, la «reine de TQS», voici venue l'ère du king de V, Jean-François Mercier. Enfin, c'est son personnage du «gros cave» qui s'est autoproclamé comme tel, puisqu'il animeraune quotidienne humoristique à compter d'aujourd'hui. Le but? Offrir de l'humour plutôt que des nouvelles à 22 h.

Chantal Guy LA PRESSE

Qui aurait cru que le «gros cave» serait promis à une si belle carrière? Le personnage du «gros frustré» qu'on pouvait voir au Mike Ward Show à MusiquePlus a été l'un des préférés des jeunes, battant des records de cotes d'écoute à cette chaîne spécialisée, selon Jean-François Mercier. Il a aussi eu droit à sa tournée, Le show du gros cave. Et maintenant, à sa quotidienne à V. «Mon personnage, c'est Homer Simpson, mais intelligent, dit son créateur. Et un Homer Simpson intelligent serait forcément agressif.»

C'est donc lui et non Jean-François Mercier qu'on verra à Un gars le soir recevoir invités et collaborateurs dans son garage. «Parce que Jean-François Mercier n'est pas très intéressant pour faire de la télé, il est assez peu éloquent, dit l'humoriste. Je trouve bien plus intéressant de faire ce personnage que de faire le gars qui gère le trafic dans son émission. Le gros cave, lui, il va plus bloquer le trafic...»

Un gars le soir, c'est une sorte de «faux talk-show trash animé par un débile» que Mercier et son coconcepteur Nicolas Lemay ont imaginé il y a 13 ans, après avoir fait l'École nationale de l'humour ensemble. Ils l'ont proposé au canal communautaire à l'époque, étant prêts à travailler gratuitement, mais n'ont jamais reçu de réponse... Sauf que le «gros cave» n'avait pas dit son dernier mot: il s'est taillé lentement une place dans le coeur des jeunes et des amateurs d'humour, jusqu'à traumatiser le grand public au Bye Bye 2008.

À ce sujet, Jean-François Mercier confirme qu'il ne sera pas du Bye Bye 2010, parce qu'on ne le lui a pas proposé, dit-il, mais aussi parce qu'il met tous ses oeufs dans le panier de sa nouvelle émission. Il a refusé toutes les propositions, tiré sa révérence dans Virginie - qui, de toute façon, prend fin cette année - et renoncé à écrire un deuxième one man show, ce qui aurait été la voie naturelle de sa carrière d'humoriste, croit-il. «J'ai bien des défauts, mais j'ai deux grandes qualités: je suis extrêmement perfectionniste et très travaillant. Je veux me concentrer sur cette émission, pour qu'elle soit la meilleure possible.»

Concours de nobodys

Bien sûr, il est angoissé par le défi de cette quotidienne, assez pour en avoir été presque malheureux, avant de se ressaisir et de se dire que c'était somme toute une bonne nouvelle. Il estime que les premières émissions ne seront pas les meilleures, qu'il faudra s'ajuster, mais il mise sur le fait que l'impro constitue sa grande force. Le tournage sera réglé au quart de tour pour être présenté tous les jours à 22 h.

Un gars le soir, c'est une émission de 30 minutes, découpée en trois blocs de huit minutes. Il y aura un invité et un collaborateur différents tous les soirs, ainsi qu'une portion «concours des nobodys» qui mise sur la relève en humour. Le gagnant recevra l'immense privilège de coanimer l'émission du jeudi avec le V-King. «Pour être honnête, le concours va être pipé d'avance, je fais gagner qui je veux et, s'ils sont trop bons, ils ne gagneront pas.»

Ses collaborateurs seront Nelson Harvey en «sociopathe» responsable des chroniques culturelles, Tammy Verge qui ira chercher son côté féminin, Philippe Laprise en gourou de la santé physique et mentale, ainsi que Mike Ward en faiseur d'image. Quant aux deux premiers invités, on commence fort avec Yvon Deschamps («qui n'a pas fait d'entrevues depuis l'invention du HD», souligne Mercier) et Louis Morissette, son collaborateur de longue date. Feront-ils leurs célèbres parodies de bulletin d'information? « Je me sentirais mal de faire ça, car nous avons l'intention de proposer ce concept à la télé, je ne voudrais pas couper l'herbe sous le pied de Louis». Et après tout, le gros cave l'a dit dans sa pub: «Nous autres, on n'aime pas ça, les nouvelles!»

____________________________________________________________________________

Un gars le soir, à compter de ce soir, 22 h, à V.