Source ID:; App Source:

L'académie en huit temps

Le passage de Lady GaGa à Star Académie.... (Photo: La Presse)

Agrandir

Le passage de Lady GaGa à Star Académie.

Photo: La Presse

Et c'est fini! La quatrième présentation de Star Académie a pris fin hier soir sur les ondes de TVA. Encore cette année, les galas du dimanche ont regorgé de moments de télévision qui ont fait jaser tout le Québec, pour les bonnes ou pour les mauvaises raisons. Voici quelques observations à propos de ces soirées survoltées, où il fallait toujours applaudir sur ses avant-bras et crier, comme Julie Snyder, wou-hou!

1 - Gaga pour Lady GaGa

Le passage de cette jeune artiste chez Julie Snyder a choqué plusieurs téléspectateurs. Pourquoi n'a-t-elle pas montré son visage? Réponse: parce qu'elle chante une pièce qui s'appelle Poker Face. Et pourquoi a-t-elle ignoré Carolanne? Parce que Lady GaGa, une vraie bombe d'énergie, dansait sur sa propre planète ce soir-là. En entrevue après sa prestation électrique, la New-Yorkaise a complètement bousillé la portion «entrevue avec Julie Snyder». Un moment de télé surréaliste, surprenant, qui a injecté beaucoup de fraîcheur dans un univers généralement trop bien encadré. Enfin, un peu de folie et d'excentricité.

2 - Céline Dion à l'unisson

Une invitée plus généreuse que Céline Dion, ça se trouve rarement. La diva de Charlemagne a offert le plus long pot-pourri (17 minutes) de toute la saison de Star Académie, égrénant son catalogue de succès du début (Ce n'était qu'un rêve) jusqu'à la fin (Taking Chances). Le tout, dans une mise en scène flamboyante n'ayant rien à envier à American Idol ou à la Star Ac française.

3 - Éric Lapointe, poussé par le vent

Il revenait de loin Éric Lapointe. Tout bronzé, l'oeil pétillant et sobre, le rockeur québécois a libéré sur la scène des studios Mel's une énergie brute capable d'illuminer le Québec au grand complet. Malheureusement, Lapointe a été soumis à un barrage de questions indiscrètes et à une série de blagues douteuses. Ce n'était ni lieu ni le moment pour mener une entrevue à la Claire Lamarche. Surtout quand ce sont les académiciens qui se prennent pour des Denise Bombardier. Malaise.

4 - Métamorphoses haut de gamme

La finaliste féminine - Carolanne - est l'académicienne qui a le plus profité de la touche magique du styliste de Star Académie. Regardez sa photo avant et après son entrée à Sainte-Adèle. Mettons que le résultat est pas mal plus saisissant qu'une émission de Canal Vie. Souvent, la télé québécoise manque de glamour. Mais pas chez Julie Snyder, où les cravates étroites, vestons cintrés, talons hauts, noeuds papillons, paillettes et robes moulantes ont donné aux académiciens des looks de stars très Hollywood. Par contre, les pantalons jaunes de Pascal Chaumont devraient être bannis à vie des studios Mel's.

5 - Bryan Adams, coupant comme un couteau

Gros calibre d'invité: Bryan Adams, le musicien canadien qui pond des hits à la pelletée. Sa performance de 12 minutes a semblé très courte et on en aurait pris davantage. Par contre, plusieurs académiciens ont profité du passage du rockeur à la voix rauque pour se démarquer dont Maxime Landry (Cuts Like A Knife) et Brigitte Boisjoly (Heaven). La présence de Bryan Adams a fait fondre l'animatrice, qui a embrassé à fond son côté groupie. Joli moment de télévision.

6 - L'odeur délicieuse de la liberté

C'était risqué que de prendre une chanson française peu connue (1000 coeurs debout) d'un artiste français peu connu (Cali) et de la catapulter comme hymne de Star Académie. Aucune controverse cependant. La pièce, dont les choeurs évoquent ceux de la formation montréalaise Arcade Fire, a rapidement été adoptée par les fans et s'est incrustée dans nos têtes. «Est-ce que tu vois, toi aussi, quand tu fermes les yeux, quand tu serres le poing, haut vers le ciel, est-ce que tu sens, l'odeur délicieuse de la liberté?»

7 - Collation des grades

De tous les professeurs de l'académie, Patrick Huard et Sophie Faucher ont été les plus captivants. Souvent, les «debriefings» de Patrick Huard étaient plus francs, plus justes que ceux de René Angélil, où tout le monde était toujours fantastique ou incroyable. Quant à Sophie, sa flamboyance a été spectaculaire, comme toujours. Ses conseils linguistiques nous ont épargné bien des «si j'aurais» ou des «ça l'a» qui font toujours tiquer à la télévision. Merci Sophie.

8 - SuperRoger!

On a beau trouver agaçante/grinçante la voix de l'ex-leader de Supertramp, reste qu'on connaît tous ses succès: Dreamer, The Logical Song, Give A Little Bit, Take The Long Way Home et Breakfast in America. Beau numéro qui nous a révélé un Roger Hodgson très sympathique.

 




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer