Le boîtier est à l'image de l'intérieur des Paré: papier peint rose délavé imprimé de cerises et de bananes en guise de couverture. À l'intérieur, le vichy vert nappe-de-pique-nique de l'entrée de leur logement. Ainsi que des portraits des membres de la famille la plus dysfonctionnelle que la télé québécoise ait connue. Il ne manque que des photos de sacs-poubelles et de dindes... C'est le coffret La Petite vie!

Isabelle Massé LA PRESSE

Pour souligner le 15e anniversaire de la diffusion du premier épisode de La petite vie (le 16 octobre 1993), Claude Meunier a décidé de faire les choses en grand et en kitsch. Un coffret de la série était déjà sorti en 2001. «Cette fois, on a décidé de regrouper tout ce qu'on avait, explique Meunier. Tout était éparpillé. Maintenant, tout y est: les 59 émissions, les spéciaux, les meilleurs moments, les dessous de La petite vie, un karaoké.»

 

Et même le tout premier sketch de La petite vie, présenté à la fin des années 80 au Club Soda de Montréal, lors d'un spectacle de Ding et Dong. La tenue de Moman n'a pas l'extravagance des costumes de la série, la barbe de Popa a davantage des allures de laine d'acier que de pelage d'ours et le couple est moins hystérique que sur le plateau de la célèbre émission. Mais on y ressent déjà tout l'amour de Popa pour ses «vidanges».

D'autres sketchs sur scène allaient suivre. Notamment un mémorable, en 1992, avec Diane Lavallée, Marc Messier et... une montre-détecteur de mensonges. Les vraies bases de La petite vie étaient enfin jetées! «Deux semaines plus tard, je me suis mis à l'écriture de la série», raconte Meunier.

Le croirez-vous? À l'époque, le concept télé n'a pas charmé le diffuseur en criant «steak-blé d'Inde-patates»! «Ça a pris un an et demi pour convaincre Radio-Canada, confirme Meunier. On me disait, entre autres choses, que le lit de Popa et Moman devait être installé à plat et que Moman devait être jouée par une femme. Pourtant, Gilligan's Island, ça ne se pouvait pas, à la base. On était dans un monde imaginaire. Ça ne tenait pas debout, mais ça marchait.»

Le diffuseur se serait mordu les doigts s'il n'avait pas cédé. On rappelle que La petite vie détient le record de l'épisode le plus regardé de l'histoire de la télé québécoise: soit 4,098 millions de téléspectateurs, le 20 mars 1995 (selon BBM). Pas étonnant que Radio-Canada rediffuse régulièrement l'émission. Le réseau en est à sa cinquième rediffusion depuis la fin de la série, en 1997. Les dernières en date: celles qui comblent le vide laissé par le départ des Parent, le lundi à 19h30. Les deux épisodes présentés depuis ont été regardés par une moyenne de 700 000 téléspectateurs. «Ça m'étonne énormément, lance Meunier. Surtout qu'il n'y a pas de stratégie de diffusion. Mais j'ai l'impression qu'on apprécie encore l'émission, car elle ne vieillit pas. Elle est intemporelle. Il n'y a pas de références à l'actualité. C'est assez unique comme phénomène. Ce show nous a dépassés. J'en suis tellement fier. Ça a duré cinq ans (quatre saisons). Ce furent des années incroyables et ce fut dur d'arrêter.»

«C'est vraiment un phénomène culturel, une série culte, note Guylaine O'Farrell, chef, promotion, télévision et information de la télé française de Radio-Canada. Son succès est indéniable. Et comme Un gars, une fille, La petite vie est faite d'épisodes qui se regardent bien à l'unité.»

Les diffusions radio-canadiennes pourraient peut-être nuire aux ventes du nouveau coffret... «Au contraire, on dirait que ça aide les ventes, note Claude Meunier. À chaque Noël, on le constate.»

De quoi donner le goût à Popa de recommencer à faire l'éloge de ses vidanges et d'affronter Thérèse, Caro, Rénald et Rod dans de nouveaux épisodes! «Cette année, j'ai fait mon film (Le grand départ, en salle le 13 décembre), raconte Meunier. On ne retournera pas en arrière; comme RBO ne reviendrait pas avec une hebdomadaire. Refaire une série serait impossible, car tout le monde est occupé ailleurs. Mais je ne dis pas non à des spéciaux.»

Claude Meunier avoue avoir Ti-Mé, personnage inspiré de son père, tatoué sur le coeur. «Je suis très habité par la psyché de ce personnage.»

En 2008, on imagine néanmoins Popa moins hirsute, les nerfs moins branchés sur le 220 et avec de nouveaux hobbies. D'ailleurs, que ferait-il du nouveau coffret DVD de La petite vie, s'il le recevait en cadeau? «Il le mettrait aux vidanges assez vite, répond celui qui l'incarne. Je ne sais pas ce qu'il préférerait regarder en DVD. La vie de Canadian Tire? Des documentaires sur des outils? En fait, Popa serait pas mal pareil. Il vivrait même encore avec Moman, mais ferait chambre à part... parfois.»