Face à la crise sans précédent entraînée par la pandémie du coronavirus, le Cirque du Soleil a procédé jeudi à la mise à pied temporaire de 95 % de son personnel, soit 4679 employés. Des compressions qui prennent effet immédiatement.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

La direction du Cirque a communiqué la nouvelle à ses employés jeudi avant midi par vidéo afin d’éviter de réunir physiquement les 1300 employés et gestionnaires de son siège social de Saint-Michel, qui travaillaient déjà de chez eux depuis le début de la semaine.

« C’est du jamais vu, s’est désolé le président et chef de la direction du Cirque Daniel Lamarre. Ça fait 20 ans que je travaille ici, j’ai vécu des tsunamis, le SRAS, la fusillade à Vegas, mais ça ne m’est jamais arrivé de me réveiller un matin et de n’avoir aucun revenu pour cette entreprise-là. »

« C’est le jour le plus éprouvant de l’histoire du Groupe Cirque du Soleil » a écrit Daniel Lamarre dans le communiqué envoyé aux médias.

« Le Groupe Cirque du Soleil a donc été contraint de suivre les recommandations des autorités gouvernementales et conséquemment de procéder à une interruption des activités sans précédent, qui durera jusqu’à ce que la pandémie soit maîtrisée et que ses artistes, ses employés et ses spectateurs ne soient plus à risques. »

« C’est vraiment une décision difficile qu’on a eu à prendre, a-t-il confié à La Presse. Il y a une semaine, j’avais 44 spectacles en représentation dans le monde. Mais les villes et les pays qui nous accueillent nous ont obligés à fermer nos spectacles les uns après les autres. Personne n’aurait pu prévoir qu’en l’espace de 48 heures, ce serait l’hécatombe. »

À peine 200 employés (sur les 1300 employés du siège social) demeureront en poste à Montréal.

« Les gens qu’on garde sont ceux dont on aura besoin dès qu’on va pouvoir reprendre nos activités, a poursuivi Daniel Lamarre, c’est-à-dire, dès que la situation se stabilise dans un pays où on a un spectacle, on veut être prêt, donc ce sont des gens de tournées, de marketing, des gens d’expérience. Ce qui est paradoxal, c’est que le pays qui risque de rouvrir le premier, c’est la Chine… »

Comme mentionné par La Presse la semaine dernière, le spectacle permanent du Cirque à Hangzhou Un monde fantastique pourrait rouvrir le 24 avril. « Notre partenaire en Chine nous parle même d’une tournée en juillet. Il est aussi question d’une tournée possible à Singapour, qui a été épargnée par la crise, parce qu’ils ont pris des mesures draconiennes dès le départ. »

Les 4679 employés du Cirque quittent le navire dans de bonnes conditions, s’est félicité Daniel Lamarre. « On a pris soin d’eux. »

« Ils vont recevoir leur salaire cette semaine, on va payer leurs vacances jusqu’au 26 avril, on va payer la partie de l’employé et de l’employeur pour toutes leurs assurances, on a rapatrié à nos frais 2000 employés et on a décidé de verser une somme forfaitaire de 2000 $ à tous nos artistes et employés qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi, c’est une dépense de 2,6 millions, donc autant je suis triste de ces mises à pied, autant je pense qu’on a agi de façon responsable. »

Le président et chef de la direction du Cirque est conscient de la gravité de la situation, mais il n’est pas prêt à baisser les bras.

« Je suis dans un état de bataille, je suis sur une mission, j’ai beaucoup d’énergie et je veux me battre pour ces emplois-là. J’ai travaillé beaucoup au cours des derniers jours, notamment avec le gouvernement et le ministre Fitzgibbon, à qui j’ai beaucoup parlé dans les derniers jours, et on espère que le programme mis en place par Investissement Québec va nous aider à passer à travers cette crise. »