Après 29 années à faire le tour du globe avec ses tournées, le Cirque Éloize pose ses pénates à Montréal. La troupe propose pour la première fois de son histoire un spectacle en résidence dans le chic hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth.

Publié le 14 déc. 2021
Stéphanie Morin
Stéphanie Morin La Presse

Intitulée Celeste, cette création présentée sous forme de cabaret réunira dès le 16 décembre une douzaine d’artistes sur une scène aménagée dans des locaux inutilisés de l’emblématique hôtel montréalais.

Ce spectacle « envoûtant, sensuel et immersif », selon Jeannot Painchaud, président et chef de la création du Cirque Éloize, est articulé autour de la thématique de la nuit et des étoiles. Les locaux qui accueillaient jadis des hommes d’affaires baignent désormais dans une ambiance feutrée, avec de nombreux divans et des projections murales.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Jeannot Painchaud, président et chef de la création du Cirque Éloize

« Ce spectacle est un hybride entre la performance de cirque et le party ou la soirée à thème », explique le metteur en scène Benoit Landry. « Il y a des numéros sur la scène, mais il se passe aussi des choses tout autour. »

Bien avant que ne commence le premier numéro, des artistes passent en effet au milieu des quelque 200 spectateurs que peut accueillir cette nouvelle salle.

La voix de Coral Egan

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

La chanteuse Coral Egan n’a pas hésité à sauter dans l’aventure de Celeste.

Benoit Landry a pu réaliser « un fantasme artistique » en embauchant Coral Egan pour chanter dans Celeste. Selon les numéros qui ont été présentés aux médias lundi, la chanteuse de jazz constitue un des éléments phares de cette nouvelle création. Vêtue d’une robe pailletée, elle danse avec une sensualité qui met on ne peut mieux en valeur son timbre de voix chaud. Accompagnée au piano par Daniel Thouin, elle revisite plusieurs chansons, tant en français qu’en anglais. Le spectacle de 90 minutes est d’ailleurs bilingue.

« Lorsqu’on m’a contactée, je n’ai pas hésité une seconde », lance la chanteuse, qui a déjà travaillé avec le Cirque du Soleil sur le spectacle Diva présenté à Andorre.

J’aime chanter tous les styles musicaux, ce que me permet ce spectacle avec sa musique sensuelle, pop et moderne.

Coral Egan

Coral Egan sert notamment de liant entre les différents tableaux présentés sur la scène. Selon Benoit Landry, les numéros pourraient être appelés à changer au fil des mois, selon la disponibilité des artistes. Déjà, les médias ont pu voir un numéro de roue Cyr et un autre de jonglerie, tous deux très réussis.

Une façon de se réinventer

Pour Jeannot Painchaud, ce partenariat avec Le Reine Elizabeth (et son propriétaire Ivanhoé Cambridge) s’inscrit dans la volonté de la troupe de décloisonner les frontières du cirque et de trouver de nouvelles façons de donner du boulot aux artistes et techniciens d’ici.

« C’est une fierté de pouvoir travailler chez nous. C’est aussi une fierté d’offrir un spectacle aux Montréalais et aux visiteurs étrangers. »

Montréal se targue d’être la capitale mondiale des arts du cirque, mais il n’y avait aucun spectacle en résidence à l’affiche. En voilà un.

Jeannot Painchaud, président et chef de la création du Cirque Éloize

Comment expliquer cette absence de spectacle permanent ? « Il n’y avait pas d’espace pour des spectacles comme Celeste, mais la pandémie nous a donné cette opportunité, puisque Le Reine Elizabeth avait des salles inoccupées. C’est un mariage naturel. Pour nous, c’était une question de survie. Nous avons dû annuler la tournée du spectacle Hôtel ; nous ne pourrons pas reprendre les tournées avant 2023… » Il souhaite aussi que la présentation du spectacle ramène « du monde au centre-ville de Montréal pour que le lieu redevienne une destination touristique et culturelle ».

Le spectacle Celeste est présenté en avant-première à compter du 16 décembre, du mercredi au samedi. Il est conseillé aux 12 ans et plus. La première série de représentations se tiendra jusqu’au 7 mai.

Consultez le site du spectacle