L’École de danse contemporaine de Montréal (EDCM) célèbre ses 40 ans cette année. Pour souligner cet anniversaire, plusieurs activités célébrant le talent de la relève en danse contemporaine seront présentées au cours de l’automne.

Luc Boulanger
Luc Boulanger La Presse

Parmi celles-ci, Les arbres meurent debout, une création originale signée par la chorégraphe et interprète Clara Furey, elle-même diplômée de l’ECDM. Ce spectacle sera interprété par les finissants 2020 dans un lieu extérieur qui sera annoncé plus tard.

Le public est aussi invité à observer les coulisses de la « recréation » de Les corps avalés, de Virginie Brunelle, par les étudiants de troisième année. Cet évènement sera présenté en ligne sur Zoom, le 24 septembre à 19 h, dans le cadre des Journées de la culture en présence de Sophie Breton, interprète à la création, et de Lucie Boissinot, directrice artistique et des études de l’EDCM.

Fondée en 1981 par Linda Rabin et feu Candace Loubert, l’EDCM est spécialisée dans la formation des interprètes en danse contemporaine. Elle a auparavant porté le nom de Les Ateliers de danse moderne de Montréal. Depuis quatre ans, l’École de danse contemporaine de Montréal fait partie de l’Espace Danse en compagnie des Grands Ballets canadiens, de Tangente et de l’Agora de la danse, nichée dans l’Édifice Wilder, rue Bleury.

Consultez le site de l’École de danse contemporaine de Montréal Visionnez quelques-unes des productions de l’ECDM