La chorégraphe Rhodnie Désir est la lauréate du Grand Prix de la Danse de la Ville de Montréal. La chorégraphe est la plus jeune artiste et la première femme noire à obtenir ce prix créé en 2011 et accompagné d’une somme de 25 000 $.

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Coup double, sa compagnie, Rhodnie Désir Créations, a également décroché le prix Envol pour la diversité culturelle et les pratiques inclusives en danse. Très émue en acceptant cet honneur lors de la cérémonie virtuelle, la chorégraphe montréalaise a rendu hommage au courage et au long parcours de ses ancêtres vers « des chemins lumineux pour bâtir un monde meilleur ».

Pour créer son spectacle Bow’t Trail Retrospek, présenté dans sa version finale à Espace Libre, en février dernier, Rhodnie Désir a parcouru le continent américain durant cinq ans. Du Brésil au Canada, en passant par Haïti et le Mexique, elle a suivi les traces de ses ancêtres afrodescendants. Le projet décliné en plusieurs œuvres a aussi donné une websérie et un webdocumentaire.

Le jury a souligné l’ampleur de son projet, et les liens que l’artiste a su tisser avec différents publics en ouvrant une discussion après chaque représentation. « Cette artiste aux multiples facettes, communicatrice avisée, activiste et performeuse d’une grande puissance, creuse en elle au-delà de l’évidence avec persévérance et conviction », a mentionné le jury.

La reine des claquettes

À 83 ans, la reine du « swing » et des claquettes, fondatrice d’une école de « tap dance » à Montréal, Ethel Bruneau, a reçu un nouveau prix qui porte son nom. « Ce prix souhaite célébrer toutes les pratiques, activités et réalisations de la danse en éclairant l’histoire de la danse montréalaise de manière à en proposer un récit actualisé », a expliqué l’organisation des Prix de la Danse.

Dans la catégorie Interprète, la gagnante est la prolifique danseuse Chi Long. En 30 ans de carrière, Chi Long a, entre autres, dansé pour des créations de Ginette Laurin, Marie Chouinard et Virginie Bruenelle. Dans son discours de remerciement, l’interprète a dit que son nom signifie « petit dragon » : « Le petit moi reçoit cet honneur avec humilité ; alors que le dragon crache le feu de sa passion et de son amour pour la danse. »

Parmi les autres lauréats, le Prix du Conseil des Arts et Lettres du Québec (CALQ) pour la meilleure œuvre chorégraphique de la saison 2019-2020 a été remis à Caroline Laurin-Beaucage pour son spectacle, Intérieurs. Le prix dans la catégorie diffusion internationale est allé aux Ballets Jazz de Montréal pour le succès des tournées mondiales de la compagnie. Le danseur et performeur hip-hop 7Starr (Vladimir Laurore) a décroché le prix Découverte 2020.

En introduction à la cérémonie sur Zoom, Alexandra « Spicey » Landé, présidente d’honneur de l’événement et récipiendaire du prix Découverte en 2019, a souligné la précarité du milieu de la danse durement frappé par la pandémie actuelle. « La force de la résilience nourrit l’espérance », a-t-elle dit, en paraphrasant l’écrivaine Maya Angelou.

La présidente de l’organisme les Prix de la Danse de Montréal, Marie Chouinard, a conclu la cérémonie en soulignant l’excellence des discours des artistes primés cette année. Tout en réaffirmant le dynamisme de Montréal comme capitale de la danse, ainsi que son rayonnement international.