L’Équipe Spectra dresse un bilan positif de la première édition numérique du Festival international de jazz de Montréal (FIJM), qui a pris fin ce mardi après quatre soirées de prestations diffusées sur le web.

La Presse

Avec autour de 4000 personnes chaque soir pour les premières diffusions, le public a été au rendez-vous, estime Laurent Saunier, vice-président principal, programmation, évènements culturels et festivals de l’Équipe Spectra. « On a été surpris de voir le nombre de gens qui étaient là, d’une part, dit-il, mais aussi d’autre part, de voir que le public, comme sur le site extérieur d’un vrai festival, est resté pour faire des découvertes. »

Bien entendu, les organisateurs rêvent maintenant surtout au prochain « vrai » festival, qui doit avoir lieu du 25 juin au 3 juillet 2021. « On s’ennuie d’être 40 000 personnes sur la Place des festivals à suer en même temps et à chanter la même chanson », ajoute Laurent Saulnier, qui n’exclut pas pour autant que des prestations numériques soient à nouveau offertes à l’avenir.

Laurent Saulnier salue enfin les artistes, dont Elisapie, Dominique Fils-Aimé, Jean-Michel Blais et Djely Tapa, qui se sont prêtés au jeu du festival numérique : « Je les trouve courageux d’avoir accepté de performer dans ces conditions-là, sans public. » On peut revoir toutes les prestations du festival pendant tout le mois de juillet sur le site du FIJM.

> Consultez le site web du Festival international de jazz de Montréal