(Paris) Marie-Jeanne la serveuse-automate et Ziggy le disquaire androgyne vont reprendre du service à l’automne 2020 à Paris dans une nouvelle version de Starmania, 40 ans après la création de cet opéra-rock du Français Michel Berger, sur un livret du Québécois Luc Plamondon.

Agence France-Presse

À l’affiche de la Seine Musicale, près de Paris, à partir 6 octobre 2020 avant une tournée en France, ce nouveau Starmania bénéficiera d’un livret actualisé de Luc Plamondon, respectant toutefois l’histoire d’origine, celle d’une société prétendue parfaite mais qui n’apporte le bonheur ni aux privilégiés, ni aux déshérités, selon la production.

Créée le 10 avril 1979 au Palais des Congrès à Paris après un grand succès discographique, Starmania a été reprise 10 ans plus tard dans la même salle, enclenchant une deuxième carrière dans de nombreux pays. Le disque s’est vendu à plus de 5 millions d’exemplaires dans sa version française.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE


Luc Plamondon

Les chansons de Starmania, dont Quand on arrive en ville créée par Daniel Balavoine, Le Blues du businessman par Claude Dubois, La complainte de la serveuse automate et Un Garçon pas comme les autres par Fabienne Thibeault, comptent parmi les plus célèbres du répertoire francophone.

Dans cette nouvelle version, la mise en scène sera confiée à Thomas Jolly, qui a créé ces dernières années plusieurs grands spectacles pour le Festival d’Avignon, l’Opéra-Comique et l’Opéra de Paris. Les chorégraphies seront signées Sidi Larbi Cherkaoui.

En 1993 et 2001, à Paris et à l’étranger, Starmania a été reprise dans une mise en scène de Lewis Furey. Pour les 25 ans de la comédie musicale, une version symphonique a été donnée au Palais des Congrès de Paris en 2004, mobilisant l’Orchestre national de France et l’Orchestre de l’Opéra de Paris.