L’animatrice et comédienne Annie Brocoli travaille à la conception et à la mise en scène d’un spectacle familial baptisé Stardust, qui sera présenté lors du déploiement de la pyramide de Lune rouge (PY1) à Miami à partir du 29 novembre, a appris La Presse.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

« On repart des images d’Au-delà des échos [présenté dans le Vieux-Port de Montréal jusqu’au 15 septembre] et du concept de la naissance du monde, mais en l’adaptant à un jeune public », nous a confié Stéphane Mongeau, président de Lune rouge. « On va faire bouger les enfants, il y aura trois animateurs pour les guider et une narration du début à la fin. Ce sera moins contemplatif que la version actuelle. »

Autre nouveauté pour la série floridienne : des lunettes de réalité augmentée seront fournies pour la présentation du spectacle multimédia original Au-delà des échos (Through The Echoes) qu’a mis en place Gabriel Coutu Dumont.

Les gens vont pouvoir voir des objets en trois dimensions. C’était l’étape suivante. Malheureusement, on n’a pas réussi à déployer cette technologie à Montréal.

Stéphane Mongeau, président de Lune rouge

Satori est l’autre projet mené par Lune rouge. Il s’agit d’une expérience de méditation guidée et de respiration dynamique d’une durée de 60 minutes inspirée des pratiques intemporelles du yoga kundalini. Une façon pour Guy Laliberté de rentabiliser sa pyramide le jour, comme il le fait le soir avec les « soirées corporatives ».

« On a fait des tests en juillet, et c’est vraiment impressionnant, affirme Stéphane Mongeau. On devrait pouvoir offrir quelques séances de yoga méditatif à Montréal fin août, début septembre. »

Lune rouge espère enfin déployer des pyramides permanentes dès l’automne 2020. « Ça pourrait être au Mexique, au Japon, à Las Vegas ou dans la région du golfe Persique, aux Émirats arabes unis, nous dit Stéphane Mongeau. On discute avec beaucoup de monde en ce moment. »

Le groupe fondé par Guy Laliberté avait l’intention de s’installer à New York après la série de Miami (qui se terminera le 31 mars prochain), mais Lune rouge a préféré s’installer sur la côte Ouest, à San Francisco, à Seattle, à Los Angeles ou à San Diego. Une deuxième pyramide de tournée pourrait être lancée au printemps 2021.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Le spectacle Au-delà des échos, présenté dans la pyramide au Vieux-Port de Montréal, a été remanié depuis sa première.

Au-delà des échos, transformé

Le spectacle Au-delà des échos, présenté depuis le mois de juin dans le Vieux-Port de Montréal, a subi maintes transformations depuis sa création, nous a aussi confié Stéphane Mongeau, qui s’est montré très humble face au lancement « difficile » de ce spectacle, qui est passé d’un taux d’occupation de 80 % en juin à environ 60 % maintenant (sur les 600 places).

D’abord, la narration (en anglais) du philosophe anglais Alan Watts (tirée d’une conférence) a été remaniée et résumée par le dramaturge Olivier Kemeid. Elle est maintenant lue (en français) par le comédien Patrice Dubois. Un changement mis en place le 25 juillet dernier.

PHOTO YVES TREMBLAY, ARCHIVES LES YEUX DU CIEL

La nouvelle pyramide PY1 (à droite) côtoie la grande roue de Montréal et le chapiteau du Cirque du Soleil dans le Vieux-Port.

« On a eu accès à des [extraits] audio pas toujours très clairs, mais originaux, qu’on a voulu transmettre aux spectateurs directement, mais ça a créé des enjeux avec la population francophone. Les propos d’Alan Watts [en anglais] étaient aussi complexes, alors c’était difficile de s’abandonner complètement au spectacle. On a corrigé le tir avec la traduction, et on a maintenant des sous-titres en anglais. »

Le bilan des activités pyramidales de Lune rouge demeure « constructif », nous dit Stéphane Mongeau.

« Les soirées thématiques DJ, qui attirent en moyenne 1500 personnes par soir, ont bien marché, mais ç’a été plus difficile pour le spectacle lui-même [présenté de trois à cinq fois par jour] », admet-il. 

On se pose encore beaucoup de questions sur la façon d’accueillir le spectateur. On a toujours imaginé que ce serait une expérience qu’on vivrait debout, mais, dès le premier spectacle, les gens se sont assis au sol, et personne n’a déambulé…

Stéphane Mongeau, de Lune rouge

Ce spectacle-là est-il trop contemplatif pour qu’on le voie debout ? se demande encore Stéphane Mongeau.

« En incorporant la réalité augmentée, c’est sûr que c’est plus intéressant de se promener avec leurs lunettes pour découvrir les objets. Est-ce qu’on devrait retirer tous les sièges pour forcer les gens à rester debout ? On n’a pas encore pris de décision pour la suite. On aura bientôt des sièges de méditation, qui seront inclinés à 30 degrés. Peut-être qu’on pourrait les utiliser… On verra. »

Autre changement : la chanson de la fin d’Au-delà des échos, adaptation d’Imagine, de John Lennon, interprétée par Dominique Fils-Aimé, a été remplacée par la pièce To Build a Home, de Patrick Watson. « On a reçu beaucoup de commentaires négatifs de gens qui trouvaient que ce n’était pas lié au reste du spectacle, donc on a changé la chanson, et je crois que celle de Patrick Watson épouse parfaitement le propos du spectacle. »

« À l’écoute »

Bref, les bonzes de Lune rouge ont pris bonne note des critiques formulées par les médias et le public montréalais.

« C’est normal, nous dit Stéphane Mongeau. On lance un nouveau format de salle de spectacle et de nouveaux types de spectacle, donc on veut être à l’écoute des commentaires des gens. On va continuer à faire des tests, à faire des expériences. Même les soirées thématiques ont été adaptées. On s’est rendu compte que la pop qui porte plus à la fête [jouée à la soirée Candy World] fonctionnait mieux que la musique [de la soirée] Underworld, donc on s’adapte tout le temps. »