Ex Machina annonce qu'il annule la production du spectacle Kanata.

Mis à jour le 26 juill. 2018
Mario Girard LA PRESSE

Dans un communiqué publié sur Facebook, la compagnie de théâtre indique que «la controverse infiniment complexe et souvent agressive dans laquelle baigne malgré tout le spectacle touche maintenant des coproducteurs nord-américains qui s'y intéressaient, et dont certains nous annoncent aujourd'hui leur retrait. Tenant compte de ce que nous avons vécu récemment, nous comprenons certainement leurs inquiétudes. Mais sans leur apport financier, il ne nous est pas possible de compléter la création de Kanata avec le Théâtre du Soleil. Nous mettons donc un terme au projet.»

Le communiqué évoque la rencontre de jeudi dernier à Montréal qui réunissait Robert Lepage, Ariane Mnouchkine et les signataires d'une lettre ouverte publiée dans les pages du Devoir du 14 juillet au sujet du spectacle Kanata. «Au-delà de cette troublante situation, il nous faudra bien, tôt ou tard, tenter de comprendre, calmement et ensemble, ce que sont fondamentalement l'appropriation culturelle et le droit à une expression artistique libre.»

Réactions

On n'a pas demandé l'annulation, a précisé la réalisatrice Kim O'Bomsawin, qui semblait un peu étonnée du résultat.

Nous voulions offrir des conseils, dit-elle, car «on se disait que si on ne faisait pas partie de l'aventure, ça allait être très mal reçu».

C'est justement ce que ceux qui ont assisté à la rencontre la semaine dernière souhaitaient éviter: «on voulait trouver des façons d'apaiser les tensions autour de la pièce», et qu'elle ne subisse pas le même sort que SLAV.

Mme O'Bomsawin souligne qu'il était impensable que les Autochtones soient absents de ce genre de pièce.

«Mais en aucun cas on a souhaité la fin de Kanata». Elle tient à souligner que Robert Lepage a tendu la main aux représentants des communautés autochtones.

D'autres se réjouissent toutefois de l'annulation. C'est le cas de Nakuset, la directrice générale du refuge pour femmes autochtones de Montréal.

Jeudi, elle se disait «très, très, très heureuse» de l'arrêt du spectacle.

Car selon elle, Robert Lepage et son équipe allaient poursuivre la création, sans y apporter de changements comme ils l'auraient souhaités.

«Nous voulions seulement collaborer, et il n'était pas intéressé.»

Les diverses nations autochtones regorgent de talent, et auraient pu améliorer la production de nombreuses façons, afin de la rendre plus authentique, soutient-elle.

- Avec La Presse canadienne

Photo Bertrand Guay, archives Agence France-Presse

Robert Lepage