Le metteur en scène letton Alvis Hermanis, qui s'est produit sur les plus grandes scènes européennes, a annulé une pièce qu'il devait produire à Hambourg après avoir critiqué l'engagement du théâtre en faveur des réfugiés, assimilés à des «terroristes», a annoncé le théâtre.

Publié le 9 déc. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Alvis Hermanis, actuellement à l'affiche à l'Opéra de Paris, a estimé «extrêmement dangereux pour toute l'Europe d'ouvrir ses frontières aux réfugiés» dans la mesure «où des terroristes se trouvent parmi eux», selon un communiqué du théâtre Thalia de Hambourg.

Il avait prévu de mettre en scène à partir d'avril 2016 dans ce théâtre de la ville hanséatique une pièce adaptée d'oeuvres des Russes Dostoïevski, Tolstoï et Gorki notamment.

«Certes tous les réfugiés ne sont pas des terroristes mais tous les terroristes sont des réfugiés, ou leurs enfants», a-t-il encore argumenté selon le théâtre, qui a organisé des actions de solidarité pour les migrants, tels que des cours d'allemand.

Le directeur du théâtre Thalia, Joachim Lux, a déploré cette «annulation politique».

Elle «montre à nouveau, au-delà de ce cas particulier, à quel point l'Europe est profondément divisée à l'heure actuelle», a-t-il estimé, «et qu'il est inquiétant et choquant que ce fossé concerne aussi le monde de la culture».

De nombreuses institutions culturelles en Allemagne organisent des actions de soutien aux migrants, arrivés en grand nombre cette année dans le pays. Plus d'un million d'entre eux sont attendus en 2015.

Parmi les multiples actions pour les réfugiés, le théâtre Thalia a réuni 88 000 euros (130 000 $) pour venir en aide aux migrants.

Né en 1965 à Riga, Alvis Hermanis vient notamment de signer une mise en scène de La damnation de Faust à l'Opéra de Paris et a réalisé dans le passé celle de Tosca pour l'Opéra de Berlin notamment.

Le public parisien a hué mardi soir La damnation de Faust du Letton, dérouté par sa mise en scène impliquant insectes, souris, escargots ou méduses.