La saison du théâtre d'été est lancée et, avec elle, la migration de comédiens de haut calibre vers les quatre coins du Québec. Place à la comédie légère, à l'infidélité, aux imbroglios et aux claquements de portes avec Quiproquo.

Stéphanie Vallet LA PRESSE

Mise en scène par Bernard Fortin, la comédie romantique Quiproquo sera présentée au Théâtre du Chenal-du-Moine, à Sorel. L'action se déroule dans l'appartement de Samuel (Gabriel Sabourin) et Jennifer (Geneviève Rioux). Samuel butine de femme en femme depuis plusieurs années sous le nez de son épouse, jusqu'à ce qu'il rencontre Marie (Marie-Joanne Boucher), dont il tombe éperdument amoureux et avec qui il décide d'emménager. Mais cette dernière s'installe dans l'appartement qui fait face à celui du couple. Samuel demande alors à son meilleur ami Patrick (Patrick Hivon) de l'aider pour que les deux femmes ne se rencontrent pas. S'amorce une suite de malentendus.

Michel Duchesne signe les dialogues de Quiproquo, librement adaptés de Caught on the Hop de Derek Benfield.

«C'est une farce britannique dans laquelle les deux protagonistes sont dans le trouble dès les cinq premières minutes. C'est une pièce qui aborde la quête de l'amour. Que ce soit dans une relation à court terme ou à long terme, on cherche à séduire, mais on ne séduit pas toujours la bonne personne et pas toujours au bon moment. Il vaut mieux laisser sa blonde ou sa femme avant d'aller voir ailleurs! C'est ce qui est au coeur de la pièce. Pendant toute la durée de la pièce, il y a méprise sur la personne et sur les couples qui se font et se défont», explique Bernard Fortin, qui a joué au Théâtre du Chenal-du-Moine l'été dernier dans Sous-sol à louer aux côtés de Gabriel Sabourin, Geneviève Rioux et Marie-Joanne Boucher.

«J'ai joué avec Bernard et une partie de l'équipe de Quiproquo et j'avais envie de retourner au théâtre de Sorel, explique Gabriel Sabourin. J'ai la chance d'incarner un beau personnage, un insouciant, amoureux des femmes et un peu lunatique.»

Marc-André Coallier est de la partie. Propriétaire du Théâtre de la Marjolaine, à Eastman, depuis huit ans, il connaît bien le théâtre estival.

«J'ai accepté la proposition sans même avoir lu la pièce, surtout par amitié pour Bernard Fortin. Michel Duchesne a beaucoup changé la deuxième partie et m'a inclus en faisant de moi Marc, l'animateur des lieux qui vient semer la zizanie. C'est un gars de party qui dit connaître tout le monde et qui est à la fine pointe de la technologie. Il est sur Facebook, Twitter et, quand il est quelque part, tout ce qu'il a vu se retrouve sur YouTube», explique-t-il.

Un autre rendez-vous

Habitué du Théâtre du Chenal-du-Moine depuis maintenant neuf ans, Bernard Fortin devra quitter l'équipe de Quiproquo pour rejoindre la distribution de Motel des brumes, autre rendez-vous estival qui se tiendra au Théâtre de Saint-Mathieu-de-Beloeil.

«J'aime ce laboratoire qu'est la comédie d'été. Je suis davantage un coach de comédie qu'un metteur en scène. L'été, la psychologie des personnages est différente; il faut jouer la situation, les personnages doivent être solides, mais on ne se casse pas trop la tête», conclut-il.

Quiproquo, au Théâtre du Chenal-du-Moine à partir de vendredi prochain.