La compagnie Ondinnok et le Grupo Danza Drama Rabinal Achi présentent depuis vendredi Xajoj Tun Rabinal Achi, un cérémonial théâtral conçu à partir d'un rituel conservé depuis des siècles par des familles du village de San Pablo Rabinal, au Guatemala. Longtemps sauvegardée uniquement par la tradition orale, l'oeuvre est le seul vestige connu du théâtre précolombien.

Alexandre Vigneault LA PRESSE

Sous la direction du metteur en scène Yves Sioui Durand, ce rituel ancestral évoquant la capture, le procès et la mise à mort d'un guerrier rebelle a visiblement été actualisé. L'environnement sonore (signé Nicolas Grou), les chorégraphies (Patricia Iraola) et les éclairages visent clairement à tirer ce cérémonial dans la modernité.

Jeu et non-jeu

Xajoj Tun Rabinal Achi est donc un spectacle hybride, et ce, à plus d'un titre. Il mêle d'abord trois anciens textes mayas, mais il fait également cohabiter différentes approches du jeu: danse, théâtre, performance (des segments sont improvisés) et... non-jeu. La manière d'être en scène de José Léon Coloch Garniga et de son fils, les deux légataires officiels du Rabinal Achi venus exprès du Guatemala, est en effet d'une désinvolture qui tranche sur l'ensemble.

Ainsi, on est partagé entre la fascination d'assister à un tel événement en présence de ceux qui le gardent vivant et la peine qu'on à adhérer au propos tant le décalage est grand entre les différentes façons d'être en scène. La distribution locale, d'une élégance et d'une adresse généralisées sur le plan physique, se révèle toutefois inégale lorsqu'il s'agit de porter le texte.

Le caractère rituel de la représentation est intéressant et il est rehaussé par de forts beaux masques et costumes. Sa trame narrative, mêlant gestuelle symbolique et fragments de textes, s'avère déroutante pour le non-initié. L'oeuvre charme donc moins par sa charge dramatique ou sa portée spirituelle que par les maillages esthétiques audacieux et inédits qu'elle tente.

Xajoj Tun Rabinal Achi se démarque surtout par sa volonté de faire le pont entre les cultures autochtones de l'Amérique centrale et du Nord, entre le besoin de retrouver ses racines et l'obligation de vivre dans le présent. Du théâtre dansé aventureux pour spectateurs aventuriers.

Xajoj Tun Rabinal Achi, de la compagnie Ondinnok et du Grupo Danza Drama Rabinal Achi, jusqu'au 27 juin, à eXcentris, dans le cadre de Présence autochtone.