Trois soirs par semaine, sur une scène de Las Vegas, c'est dur pour le système. L'an dernier, Véronic DiCaire a donné 107 spectacles. La chanteuse et imitatrice, qui sera de retour au Québec l'hiver prochain pour une tournée, est très active et prend sa santé au sérieux.

Mis à jour le 22 sept. 2014
Caroline Rodgers LA PRESSE

«Si je n'avais pas une bonne hygiène de vie, il y aurait certainement des conséquences sur mes spectacles. Si on n'est pas en forme, ça devient ardu sur scène. C'est tellement plus plaisant de se concentrer sur ce qu'on a à faire sur scène et ne pas avoir à penser à la fatigue. Ça rend la tâche plus facile, surtout quand on a un horaire chargé comme le mien.»

Son entraînement

«Je préfère que mon entraînement ne soit pas trop violent. Je fais du yoga, des étirements et un peu de musculation, mais en douceur. Je danse quand je chante, et des tensions se développent, notamment dans le cou. Quand je ne suis pas en spectacle, je m'entraîne deux ou trois fois par semaine. Je fais aussi de la marche rapide plusieurs fois par semaine. Mais évidemment, à Vegas, il fait trop chaud, alors je m'en tiens à des entraînements à l'intérieur.»

Son alimentation

«Je ne bois pas d'alcool les jours où je suis en spectacle, mais je me permets un verre quand je suis en congé. J'essaie de manger léger. Je consomme beaucoup de grains entiers, qui me soutiennent. Je mange environ trois heures et demie avant mon spectacle. En tournée, c'est toute une gestion. J'apporte tout un attirail d'outils pour cuisiner. Ainsi, je ne suis pas à la merci des restaurants. C'est une véritable mini-cuisine portative avec rond de poêle, mélangeur et autres appareils. Ça m'aide énormément.»

La question de Yannick Nézet-Séguin

Les chanteurs pop s'échauffent la voix d'une certaine façon, les chanteurs classiques et d'opéra, d'une autre, les acteurs, encore différemment... Comment entraîne-t-on une voix qui est constamment en train d'en imiter une autre: faites-vous des échauffements différents? Ou développez-vous un échauffement qui permet à la voix d'être souple pour s'adapter à toutes les imitations?

Je suis des cours de chant depuis 15 ans avec la même professeure, Monique Cardinal. Nous avons d'abord travaillé ma propre voix. Pour faire des imitations, l'échauffement est le même, c'est-à-dire que l'on travaille bien la base, soit ma voix, car c'est à partir de cette base que je peux aller chercher les voix que j'imite. Mon échauffement est toujours le même: je fais des vocalises pendant 45 minutes selon une technique développée par Mme Cardinal et Lucette Tremblay, qui a déjà travaillé avec Marie-Josée Lord. Cette technique s'applique à toutes sortes de voix. Je commence mon échauffement une heure avant le spectacle, puis je prends 15 minutes de pause. À Vegas, c'est plus difficile, car il y a beaucoup de sécheresse, de poussière et d'allergènes. Il ne faut pas attendre d'être à cinq minutes du spectacle pour s'adapter aux différentes situations.