De la dizaine de numéros d'acrobaties qui sera présentée dans Totem, le nouveau spectacle du Cirque du Soleil mis en scène par Robert Lepage, on sait qu'il y aura un numéro de barres fixes en ouverture, un numéro de barres russes baptisé «Les cosmonautes», un autre d'anneaux volants (une nouveauté au Cirque), un numéro de perches (discipline un peu vieillotte à qui le Cirque promet de redonner une nouvelle vie), un numéro chinois conçu par des acrobates venus de la Mongolie intérieure, un danseur amérindien... et un étonnant numéro de trapèze à deux, qui a d'ailleurs été présenté en conférence de presse il y a quelques jours. Et qui est l'oeuvre de deux jeunes Québécois, Rosalie Ducharme et Louis-David Simoneau, 21 ans.

Marie-Christine Blais LA PRESSE

Ce numéro, que les gens du Cirque ont baptisé «Les inséparables ou lovebirds», est né dans la tête de deux jeunes gens qui ne pensaient pas nécessairement faire carrière si tôt au cirque. Rosalie a fait de la compétition en gymnastique rythmique pendant huit ou neuf ans, avant d'entrer à l'École nationale du cirque, alors que Louis-David, lui, avait fait un peu de gymnastique artistique (mais pas au niveau compétitif), mais surtout du théâtre: «Je me suis ramassé à l'École nationale de cirque par ambition, je crois, dit-il en riant. Je n'avais aucune idée de la discipline que je voulais apprendre, mais quand j'ai vu un numéro de trapèze, j'ai su que c'est ça que je voulais faire. Et je voulais absolument le faire en duo, ça ne m'intéressait pas, sinon.»

Il convainc sa collègue de classe Rosalie de travailler avec lui. Et de fil en aiguille (voir la genèse de leur numéro dans l'encadré ci-dessous), ils ont mis au point un numéro extrêmement original, où ils incarnent en quelque sorte des oiseaux, mais aussi des ados qui se découvrent, se tiraillent, se «picossent» ... et finissent par s'aimer. Et ils ont été invités à faire partie du spectacle de Lepage. «Je suis époustouflée par leur numéro, dit la directrice de production de Totem, Gabriel Pinkstone. Ils sont tellement bien formés (de l'avis de tous nos interviewés, l'École nationale de Cirque de Montréal compte parmi les trois meilleures au monde), et ils sont partants pour faire toutes sortes de choses dans le spectacle.»

Totem compte trois numéros créés par le Cirque et sept numéros invités. Tous ont été choisis en fonction d'une logique, explique Madame Pinkstone: «Ils représentent tous des étapes de l'évolution: on nage, on rampe, on se met debout et on essaie de voler.»