Il y eut ces fameuses tournées de John McLaughlin, Paco de Lucia et Al DiMeola. Plusieurs «sommets de la guitare» ont aussi été tenus dans les festivals de jazz... «Cette fois, c'est l'idée d'un musicien et non d'un promoteur», pense l'initiateur de l'International Guitar Night.

Alain Brunet LA PRESSE

Préconisant le style «fingerstyle», le Californian Brian Gore est guitariste acoustique de haut niveau. Maintes fois dans la région de Montréal, il a présenté le concept International Guitar Night qui nous revient pendant deux week-ends - demain à L'Assomption, dimanche à Sainte-Thérèse, le 27 à Saint Hyacinthe et le 29 à Beloeil.

 

Au bout du fil, Brian Gore est visiblement ravi de sa visite au Québec avec sa nouvelle mouture de l'IGN: il partagera la scène avec deux virtuoses canadiens, Andy Sheppard et Dale Kavanagh, sans compter l'Argentine Cecilia Zabala.

«J'ai vécu chez vous parmi les meilleurs moments de ma carrière! Autant que dans plusieurs villes européennes, les auditoires québécois sont connaisseurs et, surtout, chaleureux et sans prétention. Les mélomanes de chez vous ont l'oreille! Ailleurs en Amérique, c'est différent; les gens qui assistent à l'IGN en connaissent moins sur la guitare. Ils découvrent et manifestent leur étonnement.»

L'International Guitar Night a été créé au cours des années 90, avec des rencontres informelles de très bons guitaristes dans la région de San Francisco. Le concept a fait boule de neige; sur la Côte Ouest, puis ailleurs aux États-Unis, ensuite au Canada et dans le monde entier. «La réaction des amateurs québécois a été tellement positive que nous avons pu envisager une première tournée pancanadienne il y a trois ans», raconte Brian Gore, non sans fierté.

Brian Gore est le seul rescapé de la première tournée.

«Nous pouvons compter sur un bassin de grands guitaristes acoustiques. Bien sûr, certains sont mieux connus que d'autres - Ralph Towner, Pierre Bensusan, Steve Howe ou Martin Taylor ont participé à nos tournées. Mais c'est d'abord la musique qui compte avec l'IGN. Ce qui rend aussi les choses excitantes auprès de nos fans, c'est de leur faire découvrir de nouveaux musiciens.»

Le plaisir de la découverte, ajoute Gore, vaut aussi pour les guitaristes: «Ils veulent participer non seulement pour faire valoir leur art mais aussi pour interagir. Dale Kavanagh, par exemple, évolue généralement dans le monde classique. Dans notre cadre, elle peut présenter ses propres compositions et partager sa musique avec des musiciens d'autres horizons, qui usent d'autres styles et d'autres techniques. C'est pourquoi je préconise un mélange de différentes cultures guitaristiques. Je suis vraiment privilégié d'être aux premières loges de ces tournées.»

Ainsi, chaque guitaristes présentera son matériel en solo, après quoi les quatre seront réunis pour une version commune de Paranoid Android, «standard» de Radiohead. D'autres collaborations sont à prévoir sur scène. Brian Gore a même composé une pièce dédiée au Québec, intitulée Sunset in the Snow. Et puisque nous sommes nettement sous les moyennes de saison depuis quelques jours, on le laisse imaginer la suite...

_________________________________________________________________________________________

L'International Guitar Night est présenté demain soir au théâtre Hector-Charland de L'Assomption, dimanche au théâtre Lionel-Groulx de Sainte-Thérèse, le 27 au Centre des arts Juliette-Lassonde de Saint-Hyacinthe et le 29 au Centre culturel de Beloeil.