Source ID:591160; App Source:cedromItem

Gilles Latulippe est décédé

  • Lors du gala «Hommage à Gilles Latulippe» cet été. (PHOTO: OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

    Plein écran

    Lors du gala «Hommage à Gilles Latulippe» cet été.

    PHOTO: OLIVIER JEAN, LA PRESSE

  • 1 / 6
  • Avec sa femme au gala «hommage à Gilles Latulippe» cet été. (PHOTO: OLIVIER JEAN, LA PRESSEE)

    Plein écran

    Avec sa femme au gala «hommage à Gilles Latulippe» cet été.

    PHOTO: OLIVIER JEAN, LA PRESSEE

  • 2 / 6
  • Hommage à Gilles Latulippe lors du gala des prix Gémeaux au Palais des Congrès en 2007. (PHOTO: FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

    Plein écran

    Hommage à Gilles Latulippe lors du gala des prix Gémeaux au Palais des Congrès en 2007.

    PHOTO: FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

  • 3 / 6
  • Dans son rôle de Symphorien. (PHOTO: ROBERT MAILLOUX, ARCHIVES LA PRESSE)

    Plein écran

    Dans son rôle de Symphorien.

    PHOTO: ROBERT MAILLOUX, ARCHIVES LA PRESSE

  • 4 / 6
  • Gilles Latulippe qui participe au Gala de l'Excellence 1991 de La Presse à la Société Radio-Canada, en compagnie de Suzanne Lapointe. (PHOTO: ARCHIVES LA PRESSE)

    Plein écran

    Gilles Latulippe qui participe au Gala de l'Excellence 1991 de La Presse à la Société Radio-Canada, en compagnie de Suzanne Lapointe.

    PHOTO: ARCHIVES LA PRESSE

  • 5 / 6
  • Gilles Latulippe dans une scène de la pièce de Gratien Gélinas <em>Bousille et les Justes</em>. (PHOTO; ARCHIVES LA PRESSE)

    Plein écran

    Gilles Latulippe dans une scène de la pièce de Gratien Gélinas Bousille et les Justes.

    PHOTO; ARCHIVES LA PRESSE

  • 6 / 6

Très triste nouvelle dans le monde de la comédie : Gilles Latulippe est décédé ce matin, a annoncé le CSUM McGill. Hospitalisé depuis un mois pour une pneumonie, le comédien avait aussi un cancer. Il a célébré son 77e anniversaire de naissance dans sa chambre d'hôpital, le 31 août dernier, accompagné de sa famille, avant de tomber dans un coma samedi dernier. La veille de son hospitalisation, l'acteur était encore sur la scène du Centre culturel de Drummondville, dans la pièce Salut Cocu!.

>>> Quel souvenir garderez-vous de Gilles Latulippe?

>>> Richard Therrien: Salut Symphorien

Dernier représentant de la tradition du burlesque et des variétés au Québec, Gilles Latulippe a connu une brillante carrière artistique sur les planches, dans les cabarets et à la télévision. L'ancien Théâtre des Variétés, rue Papineau, qu'il a fondé et dirigé pendant 32 ans, porte d'ailleurs le nom de Cabaret La Tulipe en son honneur.  

Lorsque monsieur Latulippe entrait sur scène, avant même qu'il n'ait ouvert la bouche, les spectateurs riaient aux éclats. L'artiste avait un profond capital de sympathie du public. Avec les Juliette Pétrie, Manda Parent, Olivier Guimond, Paul Berval, Jean Grimaldi et autres Rose Ouellette, le comédien fait partie du panthéon des grands comiques du vaudeville québécois. Ces comiques d'instinct pour qui jouer est une seconde nature. Et qui ont pavé la voie au succès des humoristes d'aujourd'hui. 

L'enfance de l'art

Gilles Latulippe est né à Montréal le 31 août 1937. Son père était quincailler sur la rue Rouen dans Hochelaga-Maisonneuve. La famille Latulippe vivait au-dessus du commerce familial. Enfant, Gilles passait son temps à écouter une émission radiophonique populaire à l'époque Le ralliement du rire, avec un certain Marcel Gamache qui allait jouer un rôle considérable dans sa future carrière. 

Faire rire les gens. Sa vocation était trouvée. Après cinq ans à l'école commerciale, le collège Cordeau, il se trouve un emploi de messager à la discothèque de Radio-Canada. Un de ses camarades de travail a pour nom Yvon Deschamps! Ce dernier, au courant des ambitions artistiques de Gilles, l'incite à suivre des cours avec le grand acteur François Rozet, avec lequel il se formera aux rôles classiques. 

En 1959, Yvon Deschamps le présente au metteur en scène Paul Buissonneau. Ce dernier lui donne son premier rôle dans un spectacle de La Roulotte, La Bande à Bonnot. La pièce sera ensuite présentée un soir à la Comédie canadienne à Montréal. Assis dans la salle, le directeur du théâtre, Gratien Gélinas... L'homme de théâtre voit en Latulippe l'acteur parfait pour créer le frère Nolasque dans sa pièce désormais classique, Bousille et les justes

Des cabarets à la télé

Gilles Latulippe découvre dans les années 1960 le monde des cabarets montréalais, puis celui, encore jeune, de la télévision. Il joue dans La Boîte à surprises, Le Zoo du Capitaine Bonhomme avec Michel Noël, Cré Basile, Symphorien, Les Tannants de chez nous, Les Brillant, Poivre et sel, et, au début des années 1990, Les Démons du midi avec Suzanne Lapointe. 

À l'époque, Gilles Latulippe est le comédien qu'on voit le plus à la télévision. Parfois jusqu'à deux ou trois émissions par saison, dont des quotidiennes. Pour les téléspectateurs des années 1970, il sera à jamais Symphorien, le candide concierge de la populaire comédie signée Marcel Gamache, avec les Fernand Gignac, Juliette Huot, Jean-Louis Millette et Janine Sutto. 

Dans sa biographie, l'interprète de la mémorable vieille fille de cette émission en ondes durant huit saisons, Berthe Lespérance, confie que Gilles Latulippe « lui écrivait des scènes » parce qu'il voulait l'aider à mieux boucler ses fins de mois. Parce qu'il savait que Janine Sutto avait alors besoin d'argent.

Le Prince des Variétés 

Au cinéma, dans les années 1970, on l'a vu dans les comédies aux titres rigolos tels que Deux femmes en or, Tiens-toi bien après les oreilles à papa, Pousse mais pousse égal, Y'a toujours moyen moyenner. En 2010, il a joué dans le film d'Alain Desrochers qui rendait hommage aux artistes burlesques au Québec, Cabotins.

Toutefois, la grande et belle aventure de Gilles Latulippe demeure la fondation du Théâtre des Variétés, en 1967. La même année, il épouse sa femme Suzanne. Ce lieu d'environ 750 places deviendra le temple du burlesque, mettant à l'affiche Denis Drouin, Manda, Jean Guilda, Rose Ouellette, Roger Giguère, Paul Desmarteaux. On dit que c'est aussi pour voir jouer son idole et son maître, Olivier Guimond, que Gilles Latulippe a fondé ce théâtre. Il a d'ailleurs donné le prénom d'Olivier à son fils.

Le Théâtre des Variétés a dû fermer ses portes en 2000. Dès lors, le comédien se consacrera au théâtre d'été. À Drummondville, il assumait la direction artistique depuis une dizaine d'années du théâtre du Centre culturel. En 2007, Gilles Latulippe a reçu le Grand Prix du Gala des Gémeaux pour l'ensemble de sa carrière. Le 21 juillet dernier, le Festival Juste pour Rire et Gilbert Rozon lui ont rendu hommage, lors d'un gala animé par Stéphan Bureau, avec entre autres Jacques Salvail, Janine Sutto et Brigitte Boisjoli. 

« Gilles fut un grand artiste, encourageant des gens du domaine du spectacle qui ne travaillaient plus depuis plusieurs années. Il les faisait remonter sur les planches afin qu'ils connaissent à nouveau le succès », se souvient Jacques-André Giroux, qui a été pianiste au Théâtre des Variétés durant 15 ans.

Très humble, généreux et drôle, Gilles Latulippe était, de l'avis de tous les artisans du métier, un vrai gentleman. Le gentilhomme du vaudeville québécois.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer