Quels sont les incontournables sur Netflix? Nos journalistes spécialisés en télé et en cinéma vous proposent quelques idées tirées du catalogue bien garni de la plateforme.

Publié le 27 mai
La Presse

Loin du périph

Loin du périph est ce qu’on surnomme dans la langue de Shakespeare un buddy movie. À l’instar de Bon Cop, Bad Cop, de De père en flic et d’autres comédies policières qui se conjuguent au masculin. Né aussi de l’envie du duo Omar Sy et Laurent Lafitte de retravailler ensemble, 10 ans après le succès de De l’autre côté du périph, ce film tient surtout grâce à leur belle complicité. Et le jeu des deux supervedettes arrive à nous faire oublier ses clichés et ses faiblesses.

Luc Boulanger

Heartstopper

La charmante minisérie britannique Heartstopper de Netflix, offerte en anglais et en français, montre une facette plus tendre et réaliste de l’adolescence, celle des émois, des questionnements, des papillons dans le ventre et de la découverte de soi. C’est écrit avec finesse et porté par de jeunes acteurs doués qui, contrairement à Euphoria ou Watatatow, n’ont pas 15 ans de plus que leurs personnages.

Hugo Dumas

Selling Sunset 5

Le meilleur exemple de vilaine parfaite et payante se trouve dans Selling Sunset (Du soleil à revendre) de Netflix, la meilleure téléréalité immobilière de l’univers, sans blague. En fait, c’est un docusoap frivole bien emballé dans une boîte Tiffany.

Hugo Dumas

Our Great National Parks

La série Our Great National Parks ne réinvente pas le genre : dans la foulée des documentaires à la National Geographic, elle pose un regard attentif sur la faune, usant visiblement de toutes les technologies disponibles pour observer de près les animaux, mais aussi offrir des vues à vol d’oiseau à couper le souffle des territoires où ils vivent. Il s'agit d'une série informative, mais aussi très clairement un geste politique pour l’ancien président Barack Obama, qui souligne à chaque épisode l’importance des espaces naturels dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Alexandre Vigneault

White Hot : The Rise & Fall of Abercrombie & Fitch

La réalisatrice Alison Klayman expose les pratiques discriminatoires et racistes d’embauche (on recherchait essentiellement de jeunes hommes blancs musclés) de l’entreprise américaine, qui bombardait sa clientèle de publicités hypersexualisées. En regardant le long métrage de 90 minutes, on réalise (avec soulagement) qu’un tel phénomène ne pourrait se reproduire aujourd’hui, à une époque où on parle beaucoup d’inclusivité.

Marc-André Lemieux

Old Enough !

Dans Old Enough !, une téléréalité japonaise diffusée depuis quelques semaines sur Netflix, des enfants de 4, 3, voire 2 ans partent seuls faire des courses pour la première fois. Si la série a le pouvoir de faire faire trois tours au sang des parents occidentaux, elle entraîne aussi une réflexion sur l’indépendance que nous donnons (ou pas) à nos enfants.

Valérie Simard

The Adam Project

Sur un ton bon enfant, et gardant toujours à l’esprit une volonté d’aventures, The Adam Project parvient à toucher une corde plus sensible. D’évidence, personne ne criera au chef-d’œuvre, mais à titre de divertissement, The Adam Project remplit bien l’objectif qu’il s’est fixé, soit de plaire à toute la famille.

Marc-André Lussier

Is It Cake ?

Flairant la bonne affaire, Netflix a décidé de transformer le phénomène internet en compétition. Et c’est un succès. Certes, on n’avait pas besoin d’une saison de 9 épisodes de 40 minutes, parce que, après 2, on était rassasié. Mais parce qu’on est gourmand et qu’on n’a pas encore fait d’indigestion, peut-être qu’on s’en prendra un autre morceau…

Marc-André Lemieux

Stay Close

Stay Close ne se classe pas dans la filière des grandes séries marquantes du petit écran. C’est vite consommé, vite oublié. Mais parfois, ce type de minisérie comble une fringale télévisuelle de week-end glacial et remplit sa mission avec brio. Comme un gros sac de croustilles. Et comme un gros sac de Cape Cod à saveur de sel et vinaigre, c’est impossible d’entamer Stay Close sans en voir le fond.

Hugo Dumas