Source ID:552533; App Source:cedromItem

Fête nationale: en bleu et blanc sous la pluie

Michel Rivard, Pierre Flynn, Damien Robitaille, France D'Amour,... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Michel Rivard, Pierre Flynn, Damien Robitaille, France D'Amour, Misteur Valaire, Daniel Boucher, Coeur de pirate, Lisa LeBlanc, Boogat et Mara Tremblay étaient de la partie mardi, au parc Maisonneuve.

Photo Bernard Brault, La Presse

Caroline Rodgers
La Presse

Malgré un temps chagrin, plusieurs milliers de personnes courageuses s'étaient réunies au parc Maisonneuve pour assister au spectacle de la Fête nationale donné par une brochette d'artistes québécois, hier soir. Spectacle bien conçu et mis en scène avec intelligence. Mais la pluie semblait avoir jeté une douche froide sur l'ambiance festive de circonstance. Difficile de soulever une foule quand tout le monde tient son parapluie!

Michel Rivard, Pierre Flynn, Damien Robitaille, France D'Amour, Misteur Valaire, Daniel Boucher, Coeur de pirate, Lisa LeBlanc, Boogat et Mara Tremblay étaient de la partie. Louis-José Houde, qui animait la soirée, s'est acquitté de sa mission avec discrétion, laissant toute la place aux musiciens.

Visuellement, on avait mis le paquet: le décor était splendide. De grands arbres blancs, sans feuilles - question, peut-être, de nous rappeler que notre pays, c'est l'hiver -, surplombaient la scène sur un fond le plus souvent bleu pâle mais changeant de couleur au fil des éclairages.

On n'oubliera pas de sitôt l'entrée de Michel Rivard, chantant Je voudrais voir la mer sur un bateau de papier géant tiré par des marins, fendant une mer de parapluies alors que l'averse venait de reprendre de plus belle. Question thématique «dans l'eau», le moment ne pouvait pas mieux tomber.

Un peu plus tard dans la soirée, le chanteur y est allé d'un petit discours en métaphore sur les menaces qui pèsent sur le français: «Si on ne fait pas attention aux "nids-de-poule" sur la route de la langue, on pourrait bien se retrouver avec une langue trouée de mots anglais... comme à Paris», a-t-il dit avant d'entonner Le coeur de ma vie.

Tout habillée de noir au piano blanc, Coeur de pirate a créé un îlot de sensibilité poétique au milieu du spectacle avec Place de la république, accompagnée par Mara Tremblay au violon.

Cinq minutes plus tard, l'averse se déchaînait comme jamais sur les pauvres spectateurs. Il en faudrait plus pour arrêter Boogat, le premier à véritablement insuffler un rythme musical de fête sur une scène beaucoup trop sage depuis le début. Peut-être qu'on aurait dû prévoir son intervention plus tôt en soirée. Car il faut bien le dire, malgré le talent des artistes présents et le grand soin apporté au spectacle, on ne peut pas dire que le party «a levé» très fort.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer