De nouveau sur la sellette au sujet de leurs orientations budgétaires dans le domaine de la culture, les conservateurs semblent bien déterminés à défendre leurs positions. Le ministre Christian Paradis était de passage à Montréal, hier, pour une conférence de presse destinée à confirmer des subventions déjà annoncées à des organismes du Québec. Une «opération de charme», critiquent les partis de l'opposition.

Mis à jour le 28 févr. 2009
Violaine Ballivy LA PRESSE

«Je veux profiter de l'annonce de ce matin pour remettre les pendules à l'heure», a déclaré d'entrée de jeu le ministre Christian Paradis, hier. Selon lui, les partis de l'opposition font de la «désinformation» lorsqu'ils accusent les conservateurs d'avoir sabré les budgets alloués à la culture. Le ministre Paradis a toutefois admis qu'il n'avait pas d'argent frais à annoncer aux organismes présents à la conférence de presse et que les sommes annoncées hier étaient déjà connues et incluses dans des programmes antérieurs au dernier budget. «C'est important de venir, de se déplacer et de dire ce qu'on fait en matière de culture parce qu'il y a beaucoup de désinformation», a-t-il justifié.

 

La critique du Bloc québécois, Carole Lavallée, a qualifié cette sortie d'«opération de relations publiques pour tenter de remonter le gouvernement conservateur». «Les conservateurs sont en mode panique, ils ont subi de lourdes pertes à cause de ce dossier lors des dernières élections et ils ont peur que cela se répète», a dit Pablo Rodriguez, du Parti libéral.

Les partis de l'opposition accusent le PLC d'avoir retranché, dans le dernier budget, 250 millions de dollars aux programmes en culture. Faux, a répliqué M. Paradis hier: «On a augmenté les dépenses de 10% par rapport à l'année dernière», a-t-il insisté. Le comité du Patrimoine, dont fait partie Mme Lavallée, amorcera lundi l'étude du financement des programmes dans le secteur des arts.