Source ID:; App Source:

Geneviève Breton: poursuivre le rêve

Les parents de Geneviève Breton se sont donné... (Photo François Roy, archives La Presse)

Agrandir

Les parents de Geneviève Breton se sont donné pour mission de mener à bien le projet d'un disque posthume à la mémoire de leur fille, morte lors de la tragédie de Lac-Mégantic.

Photo François Roy, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tragédie à Lac-Mégantic

Actualité

Tragédie à Lac-Mégantic

Un convoi ferroviaire transportant du pétrole brut a explosé à Lac-Mégantic, le 6 juillet, faisant plusieurs morts et rasant la quasi-totalité du centre-ville historique de cette municipalité. »

Geneviève Breton avait un rêve: enregistrer son premier album. Morte à 28 ans au Musi-Café lors de la tragédie de Lac-Mégantic, la chanteuse n'a pas eu le temps de le réaliser. Mais ses parents se sont donné pour mission de mener à bien ce projet à travers un disque posthume qui sera lancé lundi à la polyvalente Montignac de Lac-Mégantic.

D'aussi loin que Ginette Cameron se souvienne, sa fille Geneviève chantait. Mme Cameron garde d'ailleurs précieusement les cassettes de sa fille en spectacle ou dans les concours de lip synch auxquels elle participait régulièrement.

Geneviève Breton a tenté sa chance à Star Académie, en 2009. Même si elle n'a pas été retenue pour la téléréalité musicale, elle a persisté et a croisé le chemin de Michel Francoeur, un ami de son professeur de guitare, Yvan Leclerc

«À notre première rencontre, je lui ai demandé si elle écrivait des chansons, confie le réalisateur. Je me suis mis à la guitare et lui ai demandé de me chanter des mélodies. C'était tellement beau! On a enregistré ça et je lui ai demandé de rentrer chez elle pour écrire, ce qui a donné la chanson Tout de nous. À notre seconde rencontre, on a enregistré sa voix.»

«Ce sont les deux seules fois qu'on s'est vus», raconte Michel Francoeur (Bobby Bazini, Noir Silence), qui s'est occupé de la réalisation et des arrangements de l'album posthume de Geneviève Breton avec Samuel Busque (Noir Silence, Tocadéo, 3 Gars Su'l Sofa, Gabriella) à la direction de projet.

La jeune femme native de Stornoway avait ainsi lancé un premier extrait quelques semaines avant la tragédie.

«On l'a toujours encouragée. Ça n'a pas toujours été facile, mais cette fois elle pensait vraiment que c'était la bonne», précise Mme Cameron. «Elle avait travaillé dans différents studios, mais là, elle est était certaine d'avoir trouvé la bonne équipe. Elle était quand même retournée à l'Université de Sherbrooke pour étudier en enseignement au primaire. Malheureusement, elle est retournée passer l'été chez nous. Elle avait son emploi d'été à la bijouterie en face du Musi-Café. Et on connaît la suite...», ajoute-t-elle émue.

Le 15 août 2013, Michel Francoeur et Samuel Busque demandent aux parents de Geneviève Breton la permission de jouer la chanson de leur fille lors d'un spectacle pour les orphelins de Lac-Mégantic. Ils acceptent et rencontrent les deux complices de leur fille qui leur proposent de poursuivre le rêve de Geneviève. «Après mûre réflexion avec ses deux frères et son père, on a décidé en décembre dernier d'aller de l'avant», indique Mme Cameron.

Une première au Québec

Il s'agit d'un rare album posthume réalisé au Québec, un ambitieux projet qui a été un véritable défi technique de même que de recherche et d'écoute de diverses trames audio.

«Des studios nous ont envoyé des pistes vocales qu'elle avait faites. On refaisait la trame musicale, mais, sur certains enregistrements, ça a été plus difficile, car sa voix était déjà mixée avec une guitare», explique Michel Francoeur.

Geneviève Breton... - image 2.0

Agrandir

Geneviève Breton

Finalement, un album de 11 titres a vu le jour, mêlant des reprises comme Tout (Lara Fabian), Ain't No Sunshine, At Last et Georgia on My Mind à des compositions originales, dont trois offertes à la famille par Sari Dajani de Dazmo Musique.

«Pour Je sais, on a reçu un enregistrement sans aucune musique. Geneviève y chantait une mélodie qu'elle avait composée elle-même et on a juste ajouté une musique en arrière», explique le réalisateur de l'album.

Samuel Busque a même mis la main sur un enregistrement vidéo de Geneviève Breton interprétant Mes blues passent pu dans'porte et a décidé, malgré la qualité moyenne du son, de tenter l'impossible en studio avec Michel Francoeur. «Il fallait faire quelque chose avec ça! On a contacté Breen Leboeuf, qui a accepté sans hésiter de chanter en duo avec la voix de Geneviève», raconte Michel Francoeur.

Après avoir approuvé chacune des chansons de l'album, les parents de Geneviève sont fiers du résultat et sont fébriles à l'idée de présenter au public le projet de leur fille dont une partie des profits sera remise à la polyvalente Montignac, option musique, où son rêve avait pris forme.

«Cet album est à l'image de Geneviève. Les gens nous trouvent courageux, mais je pense que c'est plus de la folie! Le lancement sera difficile, car elle ne sera pas là. On a achevé son beau rêve. On veut en faire profiter les gens qui voudront bien l'entendre», conclut la mère de Geneviève Breton.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le dernier cadeau de Geneviève

    Arts

    Le dernier cadeau de Geneviève

    Le rêve de Geneviève Breton aurait bien pu ne jamais se réaliser, mais hier soir, les parents de la jeune femme décédée dans la tragédie de... »

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer