(New York) Le Metropolitan Opera de New York annule le reste de sa saison et cesse de payer les salaires des membres de l’orchestre, du chœur et autres employés syndiqués jusqu’à la fin du mois de mars.

Ronald Blum
Associated Press

L’organisation avait annulé ses représentations jusqu’au 31 mars.

Le directeur général du Met Peter Gelb a dit qu’il renonçait à son salaire de 1,45 million US jusqu’à la reprise normale des activités. Les plus hauts salariés de l’administration subiront une baisse de salaire — de 10 % pour ceux gagnant un salaire de plus de 125 000 $, et de 25 à 50 % pour les personnes situées en haut de l’échelle salariale.

L’entreprise lance également une campagne de financement d’urgence de 50 à 60 millions. Des membres du conseil d’administration se sont déjà engagés à verser un total de 11 millions.

« On pourrait subir des gros problèmes de trésorerie à cause des pertes de recettes, a expliqué M. Gelb. On encourage nos abonnés à ne pas se faire rembourser ou, au moins, à placer leur argent dans un compte afin que nous puissions le conserver et le réaffecter à une prochaine représentation. »

Doté d’un budget de 308 millions cette saison, le Met est la plus grande institution des arts de la scène aux États-Unis. Sa saison devait se terminer le 9 mai et sa saison 2020-21 s’ouvrir le 21 septembre. La crise a forcé l’annulation d’environ un tiers de la saison et de trois télédiffusions haute définition dans les salles de cinéma du monde entier.

L’American Guild of Musical Artists, qui représente le chœur et les chanteurs, dit considérer la décision du Met comme un congé non rémunéré obligatoire plutôt que des licenciements, car aucun contrat d’artiste ne sera révoqué.

Les employés continueront d’être couverts pour les soins de santé. Tout en étant reconnaissant, le syndicat dit craindre que cela ne « sera pas suffisant pendant cette pandémie ».

« Nos artistes sont confrontés à un avenir effrayant et incertain, souligne l’AGMA. Ils dépendent des représentations et des frais de répétition pour survivre et ils sont sans emploi indéfiniment. Beaucoup ne sont pas admissibles au chômage, beaucoup perdront leur couverture santé et beaucoup ne savent pas comment ils continueront à payer leurs factures. À cette fin, l’AGMA fait du lobbying pour les secours d’urgence fédéraux, étatiques et locaux. »

Les répétitions techniques pour les nouvelles productions de la saison prochaine sont compromises, a dit M. Gelb. Le chœur revient généralement au Met au début du mois d’août et à l’orchestre juste après la fête du Travail.

Le Met, invoquant un cas de force majeure, ne paiera pas de chanteurs individuels pour les représentations annulées.

« Dans l’histoire du théâtre et de l’opéra, dans les situations de force majeure, les artistes qui sont très bien rémunérés, comme ceux qui se produisent au Met, ne sont pas payés. C’est pourquoi leurs contrats sont écrits de cette manière, a expliqué M. Gelb. Cela ne signifie pas que nous ne sympathisons pas. Pour que le Met puisse revenir à l’automne, il faut qu’il soit fort et survive. »