Les rendez-vous du mélomane.

Alain Brunet Alain Brunet
La Presse

Jazz contemporain : Joni Mitchell piano-voix et jazz de chambre, directions au féminin

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel ont dépeint à leur manière jazzistique l’œuvre de la géniale autrice-compositrice-interprète Joni Mitchell, un album en témoigne — Portraits : Songs of Joni Mitchell, lancé il y a près d’un an. Le jazz étant ce qu’il est, l’exploration continue pour les deux artistes de Montréal. En deuxième partie, la pianiste et chanteuse Sarah Rossy, encore peu connue, se dévoile à travers un jazz de chambre — Tomo Newton, violon ; Victor De Coninck, alto ; Claire Devlin, flûte et saxophone ténor ; Stéphane Krims, contrebasse ; Greg Kustka-Tsimbidis, batterie ; Louis Stein, projections.

Au Lion d’Or, ce soir, 20 h, dans le cadre de l’Off Jazz.

Consultez la page du spectacle : https://www.lofffestivaldejazz.com/plateau-double-marianne-trudel-et-karen-young--sarah-rossy-chamber-ensemble

Jazz contemporain : Élisabeth Kontomanou et l’impro collective d’ici

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Élisabeth Kontomanou

L’Improvisation Workshop Project (IWP) explore l’ici et maintenant de l’impro collective à travers la composition, l’orchestration et les individualités. Dans le contexte de l’Off Jazz, cet ensemble à géométrie variable accueillera la jazzwoman française de réputation internationale Élisabeth Kontomanou, certes une des meilleures chanteuses de jazz de l’époque actuelle. Prévu pour l’occasion, le personnel montréalais de l’IWP n’est pas piqué des vers : Jean-Michel Pilc, piano ; Kevin Dean, trompette ; Rémi Bolduc, saxophone alto ; Claire Devlin, saxophone ténor ; Pierre Mendola, flûte ; Ananda Suddath, guitare ; Mike de Masi, contrebasse ; et Louis-Vincent Hamel, batterie.

Au Ministère, demain, 20 h, dans le cadre de l’Off Jazz.

Consultez la page du spectacle : https://www.lofffestivaldejazz.com/improvisation-workshop-project-feat-jean-michel-pilc--kevin-dean-and-remi-bolduc--invite-elisabeth-kontomanou

Jazz contemporain : acoustique, électronique, multimédia

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Gabriel Viñuela-Pelletier

Inspiré par un recueil de poésie de son père Francisco Viñuela, Gabriel Viñuela-Pelletier (alias Viñu-vinu) a imaginé Exilio Transitorio, un concert multimédia en collaboration avec les musiciens du Centre d’expérimentation musicale (CEM). On promet un « paysage multisensoriel » où l’instrumentation acoustique sera baignée de textures électroniques et accompagnée de projections vidéo. Seront de la partie Viñu-vinu (composition, synthétiseurs, électronique), Sara Létourneau (voix, objets sonores), Pascal Beaulieu (basse), Robert Pelletier (vibraphone), Sébastien Savard (violon), David Simard (batterie). Au même programme, le contrebassiste Frédéric Alarie, les percussionnistes Pascal Beaulieu et Robert Pelletier présentent Modules d’expression intuitive ; inspirés par Ravel, Debussy et Stockhausen, complétés par des enregistrements de l’octobasse (de l’OSM), les canevas mis de l’avant par Frédéric Alarie éveillent les improvisateurs accompagnés de projections.

À l’Ausgang Plaza, le 11 octobre, 20 h, dans le cadre de l’Off Jazz.

Consultez la page du spectacle : https://www.lofffestivaldejazz.com/plateau-double-vinu-vinu--exilio-transitorio--frederic-alarie--modules-d-expression-intuitive

Jazz contemporain : le Mystic Mind de Jean-Nicolas Trottier joué par l’ONJM

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Jean-Nicolas Trottier

Pour la clôture du 20e Off Jazz, la suite The Mystic Mind a été commandée à Jean-Nicolas Trottier par l’Orchestre National de Jazz de Montréal (ONJM). On explique que l’œuvre se fonde sur le déploiement de motifs sonores dans l’écriture orchestrale. Sous la direction de son compositeur, le déploiement sera rendu possible avec l’interaction de solistes de haut niveau par Yannick Rieu, saxophones ; Rafael Zaldivar, piano ; Sylvain Provost, guitare ; Jean-Pierre Zanella, Samuel Blais, André Leroux, Frank Lozano, Alexandre Côté, saxophones et autres bois ; Jocelyn Couture, Aron Doyle, Lex French, David Carbonneau, Bill Mahar, trompettes ; David Grott, Taylor Donaldson, David Martin, Bob Ellis, trombone ; Rémi-Jean-Leblanc contrebasse ; et, Kevin Warren, batterie.

À l’Astral, le 12 octobre, 20 h, dans le cadre de l’Off Jazz.

Consultez la page du spectacle : https://www.lofffestivaldejazz.com/concert-de-cloture-l-orchestre-national-de-jazz-de-montreal--the-mystic-mind

Romantique, contemporain : l’OM en Amérique avec Alondra de la Parra

PHOTO FELIX BROEDE, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Alondra de la Parra

Sous la direction de la maestra mexicaine Alondra de la Parra, une des plus brillantes de la direction d’orchestre à la veille d’une nouvelle décennie, l’Orchestre Métropolitain (OM) investit l’Amérique, cette Amérique qui marqua le tchèque Antonin Dvořák lorsqu’il vécut à New York à la fin du XIXsiècle et qu’il imagina cette Symphonie n° 9 dite « Du Nouveau Monde ». La suite du ballet Appalachian Spring met en lumière le style americana du grand compositeur américain Aaron Copland. Enfin, la Québécoise Mélanie Harel participe à la création du Concerto pour cor anglais de la compositrice canadienne d’origine métisse Karen Sunabacka.

À la Maison symphonique, demain, 19 h 30, à Pointe-Claire, le 11 octobre, 20 h, à la Première église évangélique arménienne, le 12 octobre, 20 h, à Rosemont–La Petite-Patrie, le 13 octobre, 19 h 30.

Consultez la page du spectacle : https://orchestremetropolitain.com/fr/concert/symphonie-nouveau-monde/

Romantique, moderne, contemporain : concert boréal avec Mélanie Léonard, Stéphane Tétreault et les Violons du Roy

PHOTO LUC ROBITAILLE, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Stéphane Tétreault

De concert avec Les Violons du Roy, la maestra Mélanie Léonard et le violoncelliste Stéphane Tétreault exécutent la Petite suite pour orchestre à cordes, op. 1 du compositeur danois Carl Nielsen, la Pastorale de son compatriote Per Nørgård, Klatbutne (Présence) pour violoncelle et orchestre à cordes du Letton Peteris Vasks, Andante cantabile du Russe Piotr Ilich Tchaïkovski, ainsi la Suite Holberg « dans le style ancien », op. 40 du Norvégien Edvard Grieg.

À la salle Bourgie, le 11 octobre, 19 h 30.

Consultez la page du spectacle : https://www.mbam.qc.ca/achats-en-ligne/concerts/beautes-boreales/8261/

Romantique, moderne : récital Denis Matsuev

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Denis Matsuev

En résidence à l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) cet automne, le pianiste russe Denis Matsuev se produit en récital et interprète deux œuvres emblématiques de Liszt : son unique Sonate pour piano en si mineur, S. 178, une œuvre clé du répertoire romantique, et la sulfureuse Méphisto-valse no 1, Der Tanz in der Dorfschenke (Danse à l’auberge du village), S. 514. De Tchaïkovski, il interprétera Doumka (Scène rustique russe) en do mineur, op. 59 et la transcription pour piano de la suite Petrouchka, de Stravinski. Denis Matsuev est sans contredit l’un des pianistes les plus doués de sa génération, et l’un des principaux pianistes de Russie ; lauréat de nombreux prix dont le fameux Concours international Tchaïkovski de Moscou, il est s’est produit à maintes reprises à Montréal, récemment avec l’OSM et surtout aux côtés de l’Orchestre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, dirigé par le grand maestro Valery Gergiev. Il s’est aussi produit en récital à Montréal, en 2011.

À la Maison symphonique de Montréal, le 13 octobre, 14 h 30.

Consultez la page du spectacle : https://placedesarts.com/fr/evenement/denis-matsuev-rencontre-liszt-et-stravinsky

Baroque, contemporain : soirée d’œuvres et chants d’inspiration mystique

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Jean-Marie Zeitouni

Voilà une soirée où des œuvres contemporaines d’inspiration mystique cohabitent parfaitement avec le baroque. En première nord-américaine, l’œuvre tonale Liturgies de lumière du compositeur français Guillaume Connesson figure au même programme que Dixit Dominus, RV 807 du compositeur vénitien Antonio Vivaldi, opus baroque lui étant attribué récemment. Composée en 1997 par l’Américain Morten Lauridsen, Lux Æterna conclut le menu. Pour mener à bien l’exécution de ces œuvres impliquant le chant, le maestro Jean-Marie Zeitouni et l’ensemble I Musici de Montréal accueillent les sopranos Myriam Leblanc et Magali Simard-Galdès, la mezzo-soprano Rose Naggar-Tremblay, les ténors Jacques-Olivier Chartier et David Menzies.

À la salle Bourgie, le 15 octobre, 19 h 30.

Consultez la page du spectacle : https://www.mbam.qc.ca/achats-en-ligne/concerts/lumiere-eternelle-i-musici/9218/

Baroque, classique, moderne, contemporain : trois concerts au Grand Festival d’orgue 2019

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Els Biesemans

Lauréate du prix Bach du Concours international d’orgue du Canada en 2008, Els Biesemans est de retour à Montréal pour y présenter un programme à l’orgue Beckerath. Au programme, des œuvres de l’époque baroque signées Vincent Lübeck, Franz Tunder, Georg Böhm, Gustav Düben, surtout Johann Sebastian Bach. Quatre organistes montréalais se réunissent à l’église Mountainside pour le 25e anniversaire de l’orgue Beckerath : Réal Gauthier jouera Heinrich Scheidemann, Jacob Praetorius, Johann Sebastian Bach, Juan Bautista Canailles ; John Grew interprétera J.S. Bach, Margaret de Castro jouera Bach et Darius Milhaud ; avec Rafael de Castro, Margaret jouera Mozart et Adolf Friedrich Hesse, Rafael jouera seul JS Bach et Carl Piutti. Enfin, le duo albertain Majoya, constitué de Marnie Giesbrecht et Joachim Segger, jouera Mozart et aussi les œuvres de leurs contemporains Barrie Cabena, Rachel Laurin, Jeffrey McCune, Charles Callahan et Denis Bédard.

À l’église de l’Immaculée-Conception, le 18 octobre, 20 h ; à l’église unie Mountainside, le 19 octobre, 16 h ; à l’église Très-Saint-Nom-de-Jésus, le 19 octobre, 19 h.

Consultez la page du festival : http://www.ciocm.org/events2

Baroque : Arion Orchestre Baroque et le séjour parisien de Telemann 

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Mathieu Lussier

Sous la direction du nouveau codirecteur artistique, le chef et bassoniste Mathieu Lussier, Arion Orchestre Baroque amorce sa saison avec le programme Telemann à Paris, avec pour soliste le flûtiste à bec Vincent Lauzer dans l’exécution du Concerto pour flûte à bec et basson en fa majeur ainsi que du Concerto pour flûte à bec en do majeur. En 1737, le compositeur allemand avait séjourné huit mois à Paris, ce qui influença assurément son œuvre. Également à ce programme à saveur française, les œuvres baroques de François Francoeur, Jacques-Christophe Naudot, Jean-Marie Leclair, François Colin de Blamont et Jean Féry Rebel.

À la salle Bourgie, les 17 octobre, 18 h, 18 octobre, 19 h 30, 19 octobre, 16 h et 20 octobre, 14 h.

Consultez la page du spectacle : https://arionbaroque.com/fr/telemann-paris-0