Mélomanie: le calendrier musical

Rolando Villazón et Yannick-Nézet Séguin... (photo fournie par l'OM)

Agrandir

Rolando Villazón et Yannick-Nézet Séguin

photo fournie par l'OM

Au-delà des formes dérivées de la chanson, l'écoute passionnée de la musique implique aujourd'hui un très vaste corpus : musique classique, musique contemporaine, opéra, musiques électroacoustique ou électronique, jazz, et plus encore. La rubrique Mélomanie fait un survol de l'actualité dans le domaine, deux fois par mois.

ROMANTIQUE: L'OM clôt sa saison avec le ténor Rolando Villazón

Mené par son directeur artistique et chef principal, Yannick Nézet-Séguin, l'Orchestre Métropolitain (OM) clôt samedi sa saison 2017-2018. L'Orchestre présentera le poème symphonique Till Eulenspiegel de Richard Strauss, inspiré des meilleurs coups du héros facétieux Till l'Espiègle, ainsi que les Pini di Roma (Les Pins de Rome) d'Ottorino Respighi, qui évoquent différents lieux de la Ville éternelle, mythiques pour la plupart. Déjà complices en studio, soit dans le contexte de l'enregistrement de l'opus Duets chez Deutsche Grammophon, le ténor franco-mexicain Rolando Villazón et l'OM présenteront Siete canciones populares españolas (Sept chansons populaires espagnoles) de Manuel de Falla, ainsi que des extraits des Otto Romanze (Huit romances) pour ténor et orchestre de Giuseppe Verdi, arrangés par le compositeur italien de musique contemporaine Luciano Berio (1925-2003).

À la Maison symphonique, le samedi 5 mai, 19 h 30

***

Leon Fleisher... (PHOTO FOURNIE PAR L’OSM) - image 2.0

Agrandir

Leon Fleisher

PHOTO FOURNIE PAR L’OSM

CLASSIQUE, ROMANTIQUE: Le légendaire Leon Fleisher joue Mozart

Sous la direction de son chef principal, Peter Oundjian, le Toronto Symphony Orchestra refait escale à la Maison symphonique, cette fois avec le pianiste Leon Fleisher, légende vivante comme on le sait. À un haut niveau, rappelons-le, le piano peut être joué très longtemps ; le virtuose américain compte une fois de plus en faire l'éloquente démonstration. Dimanche, il interprétera le Concerto pour piano no 12 en la majeur, K. 414, de Mozart. On ne s'étonnera pas que cet homme dont la durée de l'existence est à peu près le triple de celle de Wolfgang Amadeus ait titré My Nine Lives son autobiographie (coécrite avec la journaliste et critique Anne Midgette). Il deviendra nonagénaire cette année ! Également au menu de cet après-midi dominical, le TSO exécutera la colossale Symphonie no 8 en do mineur de Bruckner, d'une durée de 75 minutes. Voilà donc une superbe occasion d'observer une autre façon de jouer Bruckner.

À la Maison symphonique, le dimanche 6 mai, 14 h 30

***

Yuja Wang... (photo fournie par Ian Douglas) - image 3.0

Agrandir

Yuja Wang

photo fournie par Ian Douglas

POST-ROMANTIQUE, MODERNE, CONTEMPORAIN: Yuja Wang, superstar du piano

Avec en poche un contrat d'enregistrement avec la prestigieuse étiquette Deutsche Grammophon, la Chinoise Yuja Wang est une superstar. Née à Pékin, cette enfant prodige devint une pianiste de concert internationalement reconnue au terme de ses études au Conservatoire central de musique de Pékin ainsi qu'au Curtis Institute of Music de Philadelphie... dès l'âge de 15 ans. Elle en a aujourd'hui 31, vit en Amérique, et se montre parfaitement en phase avec son époque. Sa créativité d'interprète désamorce tout cliché du chien savant made in China, là où s'exercent avec ambition plus de 1 million de pianistes pendant que vous lisez ces lignes. Yuja Wang met son immense talent au service de la partition et... suggère des réformes aussi personnelles qu'éblouissantes. Au programme de cette escale : de Rachmaninov, elle jouera quatre préludes (en ré majeur, op. 23, no 4, en mi mineur, op. 32, no 4, en si mineur, op. 32, no 10, en sol mineur, op. 23, no 5) et deux études-tableaux (en si mineur, op. 39, no 4, en mi bémol mineur, op. 39, no 5) ; de Scriabine, elle fera la Sonate no 10, op. 70 ; de Ligeti, elle fera trois études (Livre I : III. Touches bloquées, Livre II : IX. Vertige, Livre I : I. Désordre) ; de Prokofiev, elle nous réserve le plat de résistance, soit la Sonate no 8 en si bémol majeur, op. 84.

À la Maison symphonique de Montréal, le mardi 15 mai, 20 h

***

CLASSIQUE, BAROQUE: Musique révolutionnaire et impériale

La Révolution française et l'Empire avaient encouragé François-Joseph Gossec (1734-1829), Étienne Nicolas Méhul (1763-1817) et Jean-François Lesueur (1760-1837) à composer hymnes, marches et chansons à la gloire de la patrie et de ses grandes mutations. Les instrumentations comprenaient surtout les anches et les cuivres, et c'est le cas qui nous occupe pour ce concert donné sous la bannière Les Jacobins/Ensemble instrumental et vocal - bassons, cors, clarinettes. Au programme, la Marche du sacre de Sa Majesté l'Empereur de Lesueur, La Marseillaise de Rouget de Lisle, Le chant du départ de Méhul, La bataille de Fleurus de Catel, La bataille et Suite d'airs révolutionnaires de Gossec, extraits de la Messe solennelle à quatre voix composée pour le sacre de Napoléon 1er, de Méhul. Les chants seront entonnés par la soprano Catherine St-Arnaud, la mezzo-soprano Amelia Keenan, le ténor Jacques-Olivier Chartier et le baryton François-Nicolas Guertin. Chanteurs et instrumentistes seront sous la direction du bassoniste et maestro Mathieu Lussier. Ce programme est lié à l'exposition Napoléon - Art et vie de cour au palais impérial.

À la salle Bourgie, le mercredi 2 mai, 19 h 30

***

JAZZ CONTEMPORAIN: Maître du jazz minimaliste

Formé au conservatoire de Zurich, également féru de philosophie, de linguistique et de musicologie, le pianiste helvète Nik Bärtsch enregistre depuis 2001, et sous étiquette ECM depuis 2006. On lui doit une série d'enregistrements phares, parmi les plus visionnaires du grand ensemble jazzistique : Stoa, Holon, Llyria, Continuum et le tout récent Awase, opus excellent dont la matière sera fort probablement jouée vendredi à L'Astral. Le pianiste se produira avec Ronin : Sha, saxophone alto et clarinette basse, Thomy Jordi, basse, Kaspar Rast, batterie. L'esthétique de ce leader et de ses collègues se trouve au croisement du jazz actuel, mais aussi de la musique contemporaine écrite, particulièrement ses courants américains, minimalistes et post-minimalistes (il cite lui-même John Cage, Morton Feldman et Steve Reich), et l'on ne compte pas ses sensibilités prog ou math rock. Tout mélomane sensible à ces esthétiques variées se doit absolument de plonger dans l'univers de Nik Bärtsch, sans conteste un must printanier.

À l'Astral, le vendredi 4 mai, 20 h

***

RENAISSANCE: À la cour de Bourgogne

Le maestro et chef de choeur Andrew McAnerney dirigera le dernier concert du Studio de musique ancienne de Montréal (SMAM) pour la saison 2017-2018. Ce programme a pour objet l'évocation du duché de Bourgogne, exemplaire pour le mécénat destiné aux musiciens et compositeurs de l'époque, soit le XVe siècle. Mélomanes avertis, les ducs Philippe le Bon et Charles le Téméraire avaient effectivement financé le travail de compositeurs tels Guillaume Dufay, Gilles Binchois ou Antoine Busnois, grands architectes contrapuntiques.

À l'église Saint-Pierre-Apôtre, le jeudi 3 mai, 19 h 30

***

DEBUSSY, VIGNEAULT ET COHEN

Les Petits Chanteurs du Mont-Royal offrent un concert-bénéfice dont l'objet est de déterminer le liant entre Claude Debussy, Gilles Vigneault et Leonard Cohen. Garçons de 4e, 5e et 6e année du primaire (9 à 12 ans), ainsi que de 1re, 4e et 5e secondaire, ces 120 chanteurs seront accompagnés par un ensemble à cordes ; le tout sera exécuté sous la direction du chef de choeur Andrew Gray. Les profits récoltés seront injectés dans l'éducation et les projets musicaux des Petits Chanteurs.

À l'église de la Nativité-de-la Sainte-Vierge, 3200, rue Ontario Est, le dimanche 6 mai, 14 h

***

CLASSIQUE: Du sérieux et du comique chez Mozart et Haydn

Le clarinettiste italien Lorenzo Coppola est chef invité de l'Ensemble Arion pour mener à bien un programme aux allures d'une « fête tragi-comique » et clôturant la saison de l'ensemble montréalais. La partie mozartienne comprend un extrait d'Idomeneo, re di Creta, KV 366, Se il padre perdei (avec soprano), le Concerto pour cor no 3 en mi bémol majeur, K. 447, un extrait d'Il curiosi indiscreto, KV418, Vorrei spiegarvi, o Dio (avec soprano), Al desio di chi t'adora, K577, air de substitution pour soprano et orchestre extrait de Le nozze di Figaro. On conclut le tout avec la Symphonie no 76 en mi bémol majeur Hob. 1/76 de Haydn. Les solistes de ce programme seront la soprano Andréanne Brisson Paquin et le corniste Pierre-Antoine Tremblay.

À la salle Bourgie du MBAM, les vendredi 4 mai, 20 h, samedi 5 mai, 16 h, et dimanche 6 mai, 14 h

***

ROMANTIQUE: Festin d'orgue et poème symphonique à l'OSM

Le maestro français Jérémie Rhorer dirigera l'OSM pour l'exécution du 13e et ultime poème symphonique de Franz Liszt. Généralement structuré en un seul mouvement, le poème symphonique s'inspire d'un concept extérieur au monde musical : Du berceau jusqu'à la tombe, S. 107, inspiré d'un triptyque du peintre hongrois Mihály Zichy (1827-1906), évoquant trois phases cruciales de la vie humaine - naissance, combat pour l'existence et mort : le berceau de la vie future. Par ailleurs, Chelsea Chen exécutera trois oeuvres dans ce programme en bonne partie consacré à l'orgue ; Esquisses byzantines : Te es petra, pour orgue solo, Mulet, Shylock, op. 57 :  Nocturne (arrangement pour orgue solo) de Fauré, ainsi que la Symphonie no 3 en do mineur, op. 78, « avec orgue » de Saint-Saëns, considérée comme un incontournable pour l'instrument solo. Aussi au programme, l'ouverture de concert de Polyeucte, composée en 1891 par Paul Dukas pour la tragédie de Pierre Corneille.

À la Maison symphonique, le mercredi 9 mai, 20 h, le jeudi 10 mai, 10 h 30 et 20 h

***

MUSIQUE D'ORGUE: Inauguration avec Jean-Willy Kunz

À Rosemère, la chapelle de l'Externat Sacré-Coeur a été reconvertie en salle multifonctions. Pour sa nouvelle vie, l'orgue Casavant y a été restauré, et l'inauguration est prévue le vendredi 11 mai. Pour l'occasion, le virtuose Jean-Willy Kunz (associé à l'OSM) s'y produira, accompagné de quelques élèves du profil musical du collège. Dans l'après-midi, l'organiste y donnera également une classe de maître en compagnie de Pierre Beaudry.

À la chapelle de l'Externat Sacré-Coeur, le vendredi 11 mai

***

ROMANTIQUE, MODERNE: Serhiy Salov et les pointures de l'OM jouent Brahms et Chostakovitch

D'origine ukrainienne, le remarquable pianiste montréalais Serhiy Salov se produira avec des musiciens de l'Orchestre Métropolitain devenus chambristes (notamment) pour cette occasion - les violonistes Yukari Cousineau et Nancy Richard, l'altiste Elvira Misbakhova et le violoniste Christopher Best. Deux oeuvres majeures figurent au programme : le Trio pour piano et cordes no 1 en si majeur, op. 8, de Brahms, et le Quintette pour piano et cordes en sol mineur, op. 57, de Chostakovitch.

À la salle Bourgie, le mercredi 9 mai, 19 h 30




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer