Source ID:; App Source:

Décès du chef d'orchestre Claudio Abbado

Claudio Abbado au Festival de Lucerne en 2007.... (Photo: archives AP)

Agrandir

Claudio Abbado au Festival de Lucerne en 2007.

Photo: archives AP

Ljubomir Milasin
Agence France-Presse
Rome

Le grand chef d'orchestre italien Claudio Abbado, malade depuis longtemps, s'est éteint paisiblement lundi à Bologne à l'âge de 80 ans, entouré de sa famille, après un parcours extraordinaire qui l'a mené de la Scala de Milan à l'Orchestre philharmonique de Vienne.

«Claudio Abbado est mort ce matin à 8h30 de façon sereine, entouré par sa famille. Les informations concernant ses funérailles seront communiquées ultérieurement», a précisé un bref message de la famille.

Claudio Abbado, 80 ans, était malade depuis longtemps et ses concerts avec l'Orchestre Mozart de Bologne, qu'il dirigeait ces dernières années, avaient dû être annulés.

Le maestro avait été opéré d'un cancer à l'estomac en 2000 et ses ennuis de santé s'étaient fait de plus en plus fréquents depuis.

En 2010, trois concerts, qui auraient dû marquer son grand retour à la Scala de Milan, avaient ainsi été annulés, Claudio Abbado étant soigné en Allemagne.

Né dans la capitale lombarde en 1933, Claudio Abbado a été directeur de la Scala de 1968 à 1986, avant d'être nommé à la tête du London Symphony Orchestra, puis directeur de l'Opéra de Vienne.

Le grand maestro avait été nommé en août dernier sénateur à vie par le président de la République italienne, Giorgio Napolitano, en raison de ses mérites. En décembre, Claudio Abbado avait fait savoir qu'il renonçait à son indemnité de sénateur pour la consacrer au financement de bourses d'études de jeunes musiciens.

Son décès a provoqué de nombreuses réactions en Italie et à l'étranger, bien au-delà des milieux musicaux.

«Le décès de Claudio Abbado est pour moi un sujet de grande émotion et de douleur (...) Il a affronté jusqu'à la fin, avec une extraordinaire force et une volonté incroyable, le mal qui le rongeait depuis des années», a affirmé dans un communiqué le président Giorgio Napolitano.

«Avec son talent, son dévouement et les résultats exceptionnels obtenus au cours de sa longue carrière, il a été et restera une référence pour le pays et pas seulement. Le monde de la musique et de la culture ont perdu un immense protagoniste», a réagi pour sa part le chef du gouvernement Enrico Letta.

«Sa musique a toujours été synonyme de liberté, un sentiment qu'il réussissait à transmettre à tous. Cela représente la valeur universelle de la musique de Claudio Abbado qui a toujours su conjuguer la beauté sublime de l'art avec un sens très fort des droits civiques», a commenté Annamaria Cancellieri, la ministre de la Justice.

Son collègue, le maestro Riccardo Muti s'est déclaré «profondément attristé par la perte d'un grand musicien qui a marqué pendant de longues décennies l'histoire de la direction d'orchestre».

«Nous pleurons un musicien et un homme exceptionnel. Sa mort est pour nous tous une immense et lourde perte. Le Philharmonique de Berlin s'incline avec gratitude et amour profond devant Claudio Abbado», indique un communiqué touchant du grand orchestre allemand.

Le directeur de l'Opéra de Vienne Dominique Meyer a indiqué que «le monde de la Musique (avait) perdu l'un de ses grands» tandis que le directeur musical de cette institution, Franz Welster-Moest a évoqué «un artiste affable et aidant les autres».

Le Festival de Lucerne a également fait part de sa «grande tristesse» après le décès de Claudio Abbado, qui est venu très régulièrement diriger des concerts dans cette petite ville suisse, située sur les rives du lac des Quatre-Cantons.

«La disparition de ce grand musicien marque la fin d'une longue et riche collaboration artistique qui a été jalonnée de succès», peut-on lire sur le site internet du Festival.

Le maire de Milan, Giuliano Pisapia, a annoncé qu'il demandera à la Scala d'organiser un concert le plus rapidement possible pour commémorer Claudio Abbado.

«À partir d'aujourd'hui, l'Italie est plus pauvre», a sobrement commenté le chef d'orchestre italien Riccardo Chailly, qui sera le nouveau directeur musical de la Scala à partir de 2015.

Tristesse du Festival de Lucerne

Le Festival de Lucerne a fait part lundi de sa «grande tristesse»  après le décès du chef d'orchestre italien Claudio Abbado, qui est venu très régulèrement diriger des concerts dans cette petite ville suisse, située sur les rives du lac des Quatre-Cantons.«La disparition de ce grand musicien marque la fin d'une longue et riche collaboration artistique qui a été jalonnée de succès», écrit le Festival sur son site internet.

Le chef d'orchestre italien était un habitué du festival de Lucerne. Il y avait fait ses débuts en août 1966 et était revenu depuis à de nombreuses reprises au bord du lac des Quatre-Cantons, à la tête de différents orchestres, dont le Philharmonique de Berlin.

En 2003, Claudio Abbado avait fondé le Lucerne Festival Orchestra, composé de solistes de renommée internationale réunis autour d'un noyau de base issu du Mahler Chamber Orchestra - un autre ensemble qu'il avait créé.

Le contrat du maestro italien à la tête de l'orchestre lucernois courait jusqu'à cette année. Claudio Abbado avait prévu de donner six concerts en 2014 dans le cadre du Festival de Lucerne.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer