Source ID:; App Source:

L'opus 3900 accepté par l'OSM

Le «résultat recherché», a dit Olivier Latry, organiste... (Photo fournier par l'OSM)

Agrandir

Le «résultat recherché», a dit Olivier Latry, organiste émérite, était un orgue d'orchestre, c'est-à-dire un instrument dynamique offrant une «grande amplitude de nuances» de façon à épouser la «palette orchestrale», aussi vaste en timbres qu'en puissance.

Photo fournier par l'OSM

Daniel Lemay
La Presse

Satisfaction, fierté, soulagement, émotion, enthousiasme... L'Orchestre symphonique de Montréal, par la voix de son organiste émérite Olivier Latry, a officiellement accepté hier le Grand Orgue Pierre-Béique, construit par Casavant Frères.

La Maison symphonique est désormais dotée d'un orgue à sa mesure, le 3900e instrument conçu et réalisé par Casavant Frères, la vieille maison de Saint-Hyacinthe. Un orgue à tuyaux à la fine pointe de la technologie, un instrument extraordinaire, unique.

«J'ai été très impressionné par la capacité des facteurs de Casavant à évoluer - j'ai évolué aussi en même temps - et à modifier les paramètres de l'orgue en fonction du résultat recherché», a expliqué d'emblée Olivier Latry, titulaire des grandes orgues de Notre-Dame de Paris qui a représenté l'OSM auprès de Casavant.

Jacquelin Rochette, directeur artistique du facteur maskoutain, a pour sa part reçu l'acceptation «avec joie et humilité».

«L'opus 3900 est très certainement l'instrument le plus achevé que Casavant Frères ait construit. Le Grand Orgue Pierre-Béique marquera la facture d'orgues à l'échelle internationale dans les années à venir», a déclaré M. Rochette, qui, des nuits durant - l'opération exigeant un silence complet -, a dirigé l'équipe de facteurs dans la phase dite d'harmonisation. Démonte un tuyau, change un autre...

Le «résultat recherché», a dit Olivier Latry, était un orgue d'orchestre, c'est-à-dire un instrument dynamique offrant une «grande amplitude de nuances» de façon à épouser la «palette orchestrale», aussi vaste en timbres qu'en puissance.  Le «Béique», M. Latry l'a montré hier, ne sera jamais en reste à cet égard.

Le choeur des anches

Au cours de son exposé d'une quinzaine de minutes, véritable cours en accéléré d'initiation à l'orgue, Olivier Latry a appris aux profanes (dont nous sommes) que les sons de l'instrument sortaient soit de tuyaux à bouche, soit de tuyaux à anche. Tous les tuyaux verticaux qui sont visibles à l'arrière de la scène de la Maison symphonique - la «montre» compte à peine 100 des 6489 tuyaux de l'orgue - sont des tuyaux à bouche dont l'orifice peut rappeler son homonyme humain.

Les autres - dont les trois séries de tuyaux horizontaux de la montre (la chamade) - sont des tuyaux à anche dans lesquels l'air fait vibrer une languette de laiton pour produire un son (à la façon de la clarinette et du saxophone, des instruments à anche de roseau).

Et l'organiste de faire entendre le jeu du hautbois et celui de la trompette pour finir avec «le choeur des anches», partie intégrante de «l'osmose orgue-orchestre».

Le projet de grand orgue a été réalisé grâce à un don de 5 millions de Mme Jacqueline Desmarais, la veuve de Paul Desmarais, le fondateur de Power Corporation, et propriétaire de La Presse, mort en octobre dernier.

La mécène a voulu donner à l'instrument le nom de Pierre Béique (1910-2003), l'administrateur qui a fait de l'OSM l'orchestre prestigieux que l'on connaît. À l'auditorium du Plateau comme à la salle Wilfrid-Pelletier, M. Béique a fait venir à Montréal des chefs et des solistes de grande renommée et il a été à l'origine des premières tournées internationales de l'OSM.

Mme Desmarais n'a pas assisté à la cérémonie d'hier, pas plus que Lucien Bouchard, le président du conseil de l'OSM et parrain du projet, retenu ailleurs.

Rodage

«L'orgue et l'Orchestre doivent maintenant apprendre à se connaître», a déclaré Madeleine Careau, l'actuelle chef de la direction de l'OSM, en évoquant la phase de rodage à laquelle travailleront Kent Nagano et Jean-Willy Kunz, l'organiste en résidence, jusqu'à l'inauguration de l'orgue le 28 mai.

Français d'origine, M. Kunz a reçu une partie de sa formation à Montréal, sa ville d'adoption. Il a été choisi comme organiste en résidence à la suite d'un vote unanime d'un comité de sélection dont faisait partie Pierre Grandmaison, lui-même titulaire des grandes orgues de la basilique Notre-Dame.

Le programme de la semaine d'inauguration - concerts les 29 mai et 1er juin, portes ouvertes le 31 - n'a pas été arrêté, mais l'on sait déjà que Jean-Willy Kunz y interprétera une oeuvre commandée par l'OSM au compositeur canadien Samy Moussa.

Cet ajout a fait suite à des remarques de certaines personnalités du milieu québécois de l'orgue sur l'absence de compositeurs et d'organistes d'ici dans le programme d'inauguration.

En Corée

Chez Casavant Frères, on est désormais tourné vers l'opus 3901... La maison a déjà construit des orgues d'orchestre à Ordos, en Mongolie, à Hefei, en Chine de même qu'à Kansas City et au prestigieux Kennedy Center de Washington.

Les facteurs de la maison, qui viennent de terminer l'orgue du Palais Montcalm de Québec, travaillent présentement à la construction d'un grand orgue à l'église presbytérienne de Séoul, en Corée du Sud.

L'opus 3900 en bref

2
consoles : l'une mécanique, l'autre électrique (mobile)
4
claviers et pédalier à traction mécanique
83
jeux (sons)
109
registres
116
rangs
6489
tuyaux, dont une centaine en façade
15
mètres
de hauteur, l'équivalent de trois étages
4,5
millions
Coût




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer