Le Festival Bach avait réuni les 18 choristes du Studio de musique ancienne et les Musici augmentés à 25 instrumentistes autour de deux noms qu'on ne dit habituellement pas dans le même souffle : Johann Sebastian Bach et Arvo Pärt. Bonne ou mauvaise, l'idée valut au Festival un gros succès de public : l'église de l'Immaculée-Conception, qui peut recevoir 900 personnes, était presque remplie.

Claude Gingras LA PRESSE

La principale attraction du programme était, en première ici, la Berliner Messe d'Arvo Pärt, l'inépuisable porte-flambeau du minimalisme mystique - en fait, son inventeur. Le célèbre Magnificat en ré majeur de Bach complétait le programme mais fut déplacé vers la fin et un autre Magnificat, de Pärt encore, fut ajouté en début de concert.

La courte pièce du compositeur estonien fut chantée par le choeur placé à la galerie de l'orgue mais passa inaperçue car on n'avait pas encore annoncé son ajout au programme. Suivit la Berliner Messe, destinée à un congrès de catholiques allemands réunis à Berlin, d'où ce titre. À l'origine pour quatre voix solistes et orgue, elle était présentée dans une version pour choeur et cordes. Les deux versions comprennent, en plus des parties habituelles de la messe, deux versets de l'Alleluia et une hymne. Le tout dure 25 minutes et, comme si souvent chez Pärt, laisse peu d'impression. On note ici et là quelques recherches au niveau du contretemps et des séquences où la musique semble contredire ce qui est chanté. Exemple : un Osanna in excelsis sans joie, simplement contemplatif.

Le grand Magnificat de Bach couronna le concert, précisément à la place qui lui revenait. Choeur et orchestre y furent - on nous passera le calembour -- magnifiques. Mention au riche solo de hautbois d'amour de Normand Forget et au brio des deux flûtes. Chez les voix solistes, on retiendra le timbre de la mezzo Sarah Myatt et le tonus de la basse Alexander Dobson, malgré quelques petits problèmes d'émission.

STUDIO DE MUSIQUE ANCIENNE DE MONTRÉAL et I MUSICI DE MONTRÉAL. Dir. Christopher Jackson. Solistes : Agnes Zsigovics et Kimy McLaren, sopranos, Sarah Myatt, mezzo-soprano, Jacques-Olivier Chartier, ténor, et Alexander Dobson, basse. Jeudi soir, Église Immaculée-Conception. Dans le cadre du sixième Festival Bach de Montréal.

Programme :

Magnificat pour choeur a cappella (1989) - Pärt

Berliner Messe, pour choeur et orchestre à cordes (1990-1992) - Pärt

Magnificat en ré majeur pour cinq voix solistes, choeur et orchestre, BWV 243 (1723) - Bach