Antonio Meneses, qui fut le violoncelliste du Trio Beaux-Arts pendant les huit dernières années d'existence du célèbre ensemble, vient d'enregistrer les deux concertos de Haydn destinés à son instrument. Il a réalisé son enregistrement chez Avie, dirigeant du violoncelle la Northern Sinfonia de Grande-Bretagne.

Claude Gingras LA PRESSE

Ces deux concertos sont respectivement en do majeur et en ré majeur et portent les numéros VIIb: 1 et VIIb: 2 au catalogue Hoboken des oeuvres de Haydn. Bien que d'authenticité incertaine, un troisième concerto pour violoncelle, également en ré majeur, figure chez Hoboken, au numéro VIIb: 4.

Il en existe quelques enregistrements, dont un de Gautier Capuçon, chez Virgin, qui joue aussi les deux autres concertos. M. Meneses complète plutôt son disque avec une oeuvre de son pays, le Concertino en sol majeur pour violoncelle et orchestre à cordes de Clovis Pereira, obscur compositeur brésilien né en 1932.

Le jeu d'Antonio Meneses dans les deux Haydn est à la hauteur des très grandes difficultés d'exécution de ces concertos familiers. L'auditeur est cependant conscient ici et là que la tâche est très ardue, chose qu'il ne devrait jamais sentir, bien sûr!

En revanche, M. Meneses projette une magnifique sonorité de violoncelle, particulièrement au grave. Autre attrait de ses Haydn: il y glisse quatre cadences très peu connues, dont deux sont de ses légendaires prédécesseurs Casals et Feuermann. De plus, le commentaire orchestral est toujours vivant et précis.

Le Concertino de Pereira, en trois mouvements (avec cadences là aussi), est d'inspiration folklorique, d'un banal genre sous-Villa-Lobos, et n'apporte rien au disque.

Cote: ***

HAYDN, PEREIRA. ANTONIO MENESES, VIOLONCELLISTE.

AVIE, AV2176