Daniel Myssyk et son Ensemble instrumental Appassionata de 16 musiciens ont offert une heure et demie d'agréable musique hier soir au nombreux public des Concerts populaires du Centre Pierre-Charbonneau.

Claude Gingras LA PRESSE

L'Andante spianato et Grande Polonaise brillante, pour piano et orchestre, de Chopin, la plus intéressante des trois oeuvres au programme, reçut d'Anne-Marie Dubois une interprétation sur laquelle il n'y a peut-être pas grand-chose à dire mais, en même temps, à laquelle il n'y a rien à redire.

L'oeuvre sollicite le piano presque sans répit - en fait, elle débute par une très longue introduction du piano seul. La pianiste - déjà 48 ans, mais sans les paraître - a traversé la partition avec une parfaite assurance. Sans éclair de génie, peut-être, mais sans fausses notes, sans ces maniérismes tant à la mode depuis quelque temps, et avec juste ce qu'il faut de rubato pour rendre son discours vivant.

Là comme dans les concertos, l'orchestration de Chopin est rudimentaire mais comprend quelques vents. Afin de se dispenser de surnuméraires pour ces parties, Appassionata utilisait une version pour cordes seules qui, signée Gilles Bellemare, incorpore aux cordes des détails joués par les vents.

Le nom de Gilles Bellemare ne figurait pas sur le feuillet remis à la porte. Par contre, l'oeuvre de Chopin y était bel et bien identifiée par son titre original, Grande Polonaise brillante, précédée d'un Andante spianato - titre original que, pour des raisons évidentes, on n'utilise à peu près jamais.

J'étais placé près de la scène, où les défauts du système d'amplification sont beaucoup plus évidents que dans les gradins. Il fallait faire abstraction du piano clinquant et des cordes métalliques pour apprécier le jeu des musiciens.

Daniel Myssyk ouvrait et fermait le concert avec deux oeuvres peu souvent jouées du répertoire romantique slave de la fin du XIXe siècle: tout d'abord les sept variations qu'un petit thème de Tchaïkovsky inspira à Anton Arensky, élève de Rimsky-Korsakov et professeur de Rachmaninov, ensuite la Sérénade de Josef Suk, qui fut à la fois l'élève et le gendre de Dvorak.

Il s'agit d'oeuvres agréables et jouées comme telles. Le Suk est bien long cependant. Très attentif à tous les détails, M. Myssyk obtient de ses musiciens des lectures expressives. Mais - inconsciemment, sans doute - il s'agite comme s'il se trouvait devant 100 musiciens!

______________________________________________________________________________

ENSEMBLE INSTRUMENTAL APPASSIONATA. Chef d'orchestre: Daniel Myssyk. Soliste: Anne-Marie Dubois, pianiste. Hier soir, Centre Pierre-Charbonneau. Concerts populaires de Montréal.

Programme:

Variations sur un thème de Tchaïkovsky, pour cordes, op. 35a (1894) - Arensky

Andante spianato et Grande Polonaise brillante, pour piano et orchestre, op. 22 (1830-34) - Chopin, arr. Gilles Bellemare

Sérénade en mi bémol majeur, pour cordes, op. 6 (1892) - Suk