Moins de deux mois après avoir été fait Chevalier de l'Ordre du Québec, Yuli Turovsky était invité hier soir à présenter ses Musici aux Concerts populaires de Montréal. Le Centre Pierre-Charbonneau peut recevoir 2 000 personnes. Il en est venu 1 000, peut-être un peu plus. Le programme s'ouvrait sur trois mouvements de cette Sérénade op. 48 de Tchaïkovsky que les Musici ont enregistrée et abondamment jouée. Cette fois, l'amplification accentuait des détails qu'on n'entend pas dans une salle normale. Mais ce n'est pas aux 14 cordistes qu'allait la vedette, plutôt à quatre très jeunes musiciens complètement inconnus. «Jeunes virtuoses», annonçait le feuillet de la soirée.

Claude Gingras LA PRESSE

Premier entendu, Bryan Cheng, violoncelliste de 12 ans, d'Ottawa, joue sur ce qu'on appelle un «violoncelle ¾» adapté à sa très petite taille. Et pourtant, quel son plein et bien égal de l'aigu au grave, quel sens musical et quelle justesse (si l'on excepte un très bref passage douteux à la fin).

Le jeune Cheng étudie avec Turovsky qui, comme violoncelliste, lui a imprimé le ton exact des Variations sur un thème rococo, de Tchaïkovsky, l'un des sommets du répertoire concertant russe.

Ici, intéressante coïncidence. Un concert récent à la Maison Trestler nous révélait un autre très jeune et très brillant violoncelliste formé par Turovsky, Stéphane Tétreault, 17 ans, qui jouera les mêmes Rococo le 25 octobre avec les Musici dirigés cette fois par Maxim Vengerov.

À Pierre-Charbonneau, deux petits violonistes suivaient le violoncelliste Cheng et, comme lui, jouaient de mémoire et avec l'assurance de musiciens professionnels. Isabella Perron, 10 ans, de Montréal, a rendu avec élan et justesse un mouvement d'un concerto de Charles-Auguste de Bériot. Kerson Leong, 13 ans, d'Ottawa, défendait les Zigeunerweisen de Sarasate, c'est-à-dire de la musique plus intéressante mais aussi beaucoup plus difficile. Il put faire passer davantage d'expression et montrer plus de virtuosité, malgré quelques légers problèmes de justesse.

Précision: ces deux violonistes ne sont pas des élèves d'Eleonora Turovsky.

Isabella Perron est aussi chanteuse. D'une voix stridente et très amplifiée, elle nous a servi deux chansons du répertoire d'Édith Piaf avec un aplomb presque scandaleux. Je me disais: Qu'est-ce qu'une fillette de 10 ans peut bien connaître de l'amour?... En même temps, l'impression était d'entendre une jeune femme de 20 ans!

Programme complété par un virtuose du erhu, violon chinois à deux cordes, que tenait le participant le plus jeune et le plus menu de la soirée. Warren Zhang, 9 ans, fait rire lorsqu'il paraît en queue-de-pie miniature, mais réduit vite l'auditoire au silence par sa dextérité quasi surréaliste.

I MUSICI DE MONTRÉAL. Chef d'orchestre: Yuli Turovsky. Hier soir, Centre Pierre-Charbonneau. Concerts populaires de Montréal.