Le petit Festival Chopin de la Maison des JMC a connu hier soir un départ plutôt boiteux, gracieuseté de madame Angela Cheng, pianiste de 50 ans et premier prix, en 1988, de l'ancien Concours international de Montréal.

Claude Gingras LA PRESSE

L'invitée avait divisé son programme en deux blocs : tout d'abord, les trois Nocturnes de l'opus 9 et les première et dernière des quatre Ballades; ensuite, les 24 Préludes op. 28.

Angela Cheng est une femme costaude, nantie d'une technique et d'une sonorité puissantes qui lui permettent de traverser sans problèmes les gros concertos du répertoire. Le récital la trouve hélas! en territoire étranger.

Les trois Nocturnes op. 9 comptent parmi les plus beaux des quelque 20 que Chopin a confiés au piano et les Ballades opp. 23 et 52 occupent le sommet de la production entière du compositeur. La pianiste survola ces pages géniales avec une absence de pensée qui les réduisait à de vulgaires exercices de virtuosité - avec, aussi, un intermittent «accompagnement vocal» qui rendait la concentration très difficile.

Plus le récital progressait, plus madame chantait fort : on l'entendait jusqu'à la dernière rangée. Quelqu'un alla lui signaler la chose à l'entracte et les Préludes se déroulèrent sans autres bruits que ceux de la rue, sirènes comprises. Du côté de la pianiste, nouveau problème cette fois : les fausses notes, et d'autant plus flagrantes qu'elle jouait sur un Bösendorfer trop brillant.

Des erreurs, on en compta un peu partout à travers les Préludes, la pianiste s'embourbant misérablement dans l'atrocement difficile 19e. Certains éditeurs ont donné des titres aux Préludes de Chopin. Pour le 19e, Mme Cheng m'inspire celui-ci : La Catastrophe.

Après être revenue saluer une seule fois, la pianiste annonça «en rappel» le finale d'une sonate de Haydn. Du récital entier, c'est ce qu'elle fit de mieux. Cette musique ne tolère aucune fausse note et, de fausse note, il n'y eut point. Par ailleurs, elle ne requiert pas de véritable pensée. Mme Cheng y trouva donc chaussure à son pied.

_________________________________________________________________________________________________________

ANGELA CHENG, pianiste. Hier soir, Maison des JMC.