L'hommage de longue durée au compositeur Gilles Tremblay nous ramenait jeudi soir ses Vêpres de la Vierge. Bientôt vieille d'un quart de siècle, l'oeuvre fut créée en France en 1986, reprise ensuite un peu partout et enregistrée deux fois, ce qui est rare pour une composition d'ici.

Claude Gingras LA PRESSE

Autre sujet digne de mention : au moins 500 personnes étaient venues entendre cette musique recherchée qui n'appartient pas précisément au domaine des «concerts populaires». L'événement se déroulait à l'église de l'Immaculée-Conception, lieu même des deux précédentes exécutions locales, en 1987 et 1997.

En fait, c'était ma sixième expérience des Vêpres, après deux enregistrements et trois concerts, soit deux à Montréal et un à Lanaudière. J'ose le dire : je souhaite que cette sixième expérience soit la dernière.

Les Vêpres de Tremblay m'avaient fort impressionné à la première audition. Chaque retour découvrait quelque faiblesse, mais sans que l'ensemble n'en soit affecté. Le très long solo de flûte, au tout début, le très long solo de soprano, à la toute fin, les résonances puissantes et infinies des gongs et des cloches qui émaillent la partition: tous ces éléments faisaient passer les faciles échos de Messiaen et la naïveté et l'affectation du texte.

Jeudi soir, la flûte de Lise Daoust n'avait plus le même éclat, le colorature et la gestuelle de Sophie Martin évoquaient quelque poupée Olympia des Contes d'Hoffmann, Walter Boudreau lui-même ne parvenait pas à soulever ses troupes au-delà d'un vigoureux mezzo forte. Il ne nous restait que le texte. C'est-à-dire : pas grand-chose.

Les 30 choristes du SMAM étaient requis par le Tremblay. En début de concert, leur directeur Christopher Jackson en retint une douzaine pour une demi-heure de polyphonie de la Renaissance. Autant on a le droit de trouver cette musique extrêmement monotone et ennuyeuse, autant il faut reconnaître qu'elle fut dirigée et chantée à la perfection. Cinq minutes d'orgue «contemporain» suivaient, signées Serge Provost, et sans le moindre intérêt.

Visiblement remis d'une longue maladie, Gilles Tremblay était là et vint remercier ses interprètes.___________________________________________________________________________________________________________

SOCIÉTÉ DE MUSIQUE CONTEMPORAINE DU QUÉBEC. Ensemble de la SMCQ, dir. Walter Boudreau, Choeur du Studio de musique ancienne de Montréal, dir. Christopher Jackson, Sophie Martin, soprano, Lise Daoust, flûtiste, Jean-Willy Kunz, organiste. Jeudi soir, église de l'Immaculée-Conception.