Source ID:; App Source:

Le NEM, meilleur que sa musique!

Claude Gingras
La Presse

C'est une salle de plus de 300 personnes qui a acclamé Lorraine Vaillancourt à son entrée en scène mercredi soir pour le concert marquant le 20e anniversaire de ce qui est finalement l'oeuvre de sa vie, le Nouvel Ensemble Moderne. La fondatrice et directrice du NEM a ensuite remercié un certain nombre de personnes et tout particulièrement ses 17 musiciens, qui venaient de se joindre à elle.

Mme Vaillancourt méritait tout à fait cette reconnaissance des efforts qu'elle déploie depuis plus de 20 ans pour rapprocher le grand public de la musique en laquelle elle croit. Et les musiciens méritaient aussi l'hommage que leur maestra leur a rendu.

En fait, ces manifestations furent peut-être les plus beaux moments de la soirée de deux heures. Rien à redire sur les exécutions, qui furent, comme toujours, extrêmement soignées. C'est le programme qui est en cause. Ni très fort, ni très substantiel, ce programme soulignant pourtant un événement important.

Le NEM ouvrait son concert avec deux pièces tirées du Windrose de Kagel qui, de rappeler Mme Vaillancourt, furent dirigées sur cette même scène par l'auteur, décédé l'automne dernier. Ces 19 minutes évoquent la musique touchante et naïve de Kurt Weill et comportent quelques bribes de théâtre musical: attitudes figées des musiciens, position de la maestra accroupie devant son lutrin. Le tout reste cependant assez enfantin et n'a pas sa place, il me semble, dans un tel concert. Mais Mme Vaillancourt a ses idées et a annoncé qu'il y aurait encore du Kagel la saison prochaine.

Une création de Denys Bouliane devait suivre, mais elle n'était pas prête et fut remplacée par une précédente création Bouliane-NEM, remontant à 1997. Du fouet et du plaisir sera finalement la meilleure pièce de la soirée, avec ses violents coups de grosse caisse, glissandos douloureux des cuivres, plaintes du violon au suraigu et gémissements de l'ensemble.

Les deux autres pièces annoncées en création furent, elles, terminées et jouées après l'entracte. Jonathan Harvey nous a habitués à plus d'originalité. Ce qu'il propose cette fois est un autre foisonnement de sons comme on en entend à satiété à ce genre de concerts. Même surabondance chez Tristan Murail, à la différence que le compositeur ajoute de l'électronique et qu'il met en relief chacun des instruments. Mais l'impression est, ici encore, de courte durée.

___________________________________________________________________________________________

NOUVEL ENSEMBLE MODERNE. Dir. Lorraine Vaillancourt. Mercredi soir, salle Claude-Champagne de l'Université de Montréal. Programme: Osten (1988) et Süden (1989), ext. de Die Stücke der Windrose Mauricio Kagel Du fouet et du plaisir (1997) Denys Bouliane Sringara Chaconne (2008) (création) Jonathan Harvey En moyenne et extrême raison (2009) (création) Tristan Murail.

 




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer