Lara Fabian a lancé au début du mois son 14e album, intitulé Papillon, qui figure cette semaine en première position des ventes au Québec. Nous avons rencontré l'auteure-compositrice-interprète qui nous parle de son nouvel disque, de son rôle de coach à La voix et de ses 50 ans, qu'elle fêtera l'an prochain.

OLIVIA LÉVY LA PRESSE

La réception de Papillon par le public

«Ça fait du bien. J'ai le sentiment qu'il y a un petit moment de grâce, un truc qui se passe. C'est magique et c'est quelque chose qu'on ne peut pas prévoir», dit-elle à propos de son album qui a une sonorité plus pop. «C'est un son de mon époque et qui respecte mon ADN, mélodiquement parlant. Dans les textes, je suis restée proche aussi de ce qui me caractérise, mais être à l'intérieur de cet écrin, électro, un peu hypnotique, ça a permis à la musique de s'étendre autrement. Papillon, c'est moi à 100 % en tant qu'être. C'est un album qui traduit la sérénité.»

Ses inspirations

Lara Fabian se dit inspirée par la musique très actuelle qu'elle écoute, dont deux artistes en particulier. «Brendan Urie, du groupe Panic ! at the Disco. Je pense que je connais tout par coeur, j'étais debout sur ma chaise quand je les ai vus à la Place Bell! Et je suis aussi ultra-fan de Christine and the Queens! J'aime les mélodies, j'aime pouvoir les chanter. Pas parce que je suis chanteuse, mais parce que ça m'amuse de partager la musique. J'aime les chansons qui touchent. Avec ma fille, on écoute Khalid et Ariana Grande.»

Une petite entreprise

En plus de chanter et d'écrire, Lara Fabian produit Papillon, un «travail incommensurable», souligne l'entrepreneure. «Je ne suis pas juste l'artiste qui crée, explique-t-elle. Je suis aussi la femme d'affaires qui le produit et qui s'occupe de tout ce qu'il y a derrière. Tout ce que tu vois, les photos, les vidéos, tout ça, c'est ma petite entreprise. Nous sommes trois à y travailler, mon manager, mon assistante et moi. Et on sort l'album sur quatre territoires dans le monde: le Québec, la France, la Suisse et la Belgique. Comment on fera les prochains disques? Il y aura certainement une adaptation réelle à faire entre la façon dont on écoute la musique aujourd'hui et la manière dont on aura à la produire. Est-ce que ce sera deux ou trois chansons à la fois qu'on lancera sur différentes plateformes? Peut-être? Le nombre de streamings est spectaculaire, il y a, par exemple, 325 millions d'écoutes (YouTube, Spotify et autres) sur certaines chansons comme Je t'aime, Adagio, Je suis malade. C'est hallucinant quand même.»

Un coup de téléphone qui change la vie

Le 28 août 2017, Lara Fabian reçoit le coup de téléphone où on lui propose d'être coach à La voix. Elle habite alors depuis huit mois dans le sud de l'Espagne, où elle a fui la grisaille belge pour Marbella. «On avait acheté une maison et mon chum venait d'accrocher le dernier lustre le 27 août. Je n'oublierai jamais ma tête quand j'ai raccroché! Mon chum entre à ce moment dans la cuisine, on avait des amis qui étaient à la maison. "Qu'est-ce que tu as, mon amour? Que se passe-t-il?" Je lui réponds: "Rien, on va en parler tout à l'heure!" J'avais la certitude que je devais faire La voix, mais je n'aurais jamais bougé sans ma famille. Ça a créé une très belle conversation à table, mon mari, ma fille et moi. Dans une simplicité absolue, on s'est dit, allez hop, on est partants! On est arrivés à Montréal avec six valises, une amie nous a hébergés pendant presque un mois, dans le sous-sol de sa maison sur Côte-Saint-Antoine. [...] Je remercie la famille Rouleau, parce qu'habiter avec eux, ça a changé la donne! [...] Ç'a été extraordinaire. C'est une des plus belles aventures de ma vie de revenir au Québec et d'y trouver un espace de bienveillance, de sérénité, et beaucoup d'amour.»

L'effet La Voix

La plus jeune génération la découvre dans La voix, et elle en est ravie. «Ceux qui me connaissaient déjà ont découvert l'humaine que je suis. Quand je suis assise sur cette chaise rouge, il y a des moments où j'oublie complètement la caméra, je suis dans l'univers de la transmission et de l'émotion pure. Ça permet une énorme liberté dans un espace serein. Ce que les gens ont découvert, c'est la personne que je suis vraiment. Les autres se sont dit: "Mais c'est qui, elle? Qu'est-ce qu'elle fait dans la vie?" Ils sont allés écouter ma musique, et ça a ouvert un autre espace dans ma carrière, absolument.»

Les conseils de la coach

«Ouvre les mâchoires!», c'est le truc qu'elle a donné à une des candidates, la semaine dernière, et qui a très bien fonctionné. «En tant que coach, tu dois fournir les clés et transmettre un savoir accumulé depuis 25 ans. Un artiste a une grande responsabilité face à son instrument qu'est sa voix, et on a besoin d'un pédagogue qui nous conseille. Quand j'explique à une candidate qu'il faut décrocher les mâchoires, c'est parce que j'en ai fait l'expérience et que je connais les résultats. Être coach, c'est pouvoir être utile. Je suis équipée correctement pour préparer un jeune artiste, techniquement parlant, mais psycho-émotionnellement aussi.»

Ses 50 ans, le 9 janvier 2020

Pour célébrer son 50e anniversaire, Lara Fabian sera sur scène, ce soir-là, à Bruxelles, son lieu de naissance. «Une tournée célébration est prévue: 50 villes pour mes 50 ans. Il y aura évidemment Montréal, New York, Paris, Moscou, Bruxelles, Rome. C'est une tournée qui célèbre une trentaine d'années de carrière.» Comment aborde-t-elle la cinquantaine? «Très bien! C'est un chemin qu'on fait tous entre 45 et 55 ans. Je crois que ce sont les 10 années où une porte s'ouvre vers une plus grande liberté, mais c'est le résultat d'un cheminement. Ça n'arrive pas du jour au lendemain!»