Garou a lancé mardi à Montréal son album Rhythm and Blues, osant encore divers répertoires dont ceux d'Alicia Keys, des Black Keys, de Gilbert Bécaud et Luc De Larochellière.

Mis à jour le 19 févr. 2013
LA PRESSE CANADIENNE

Il s'agit d'un septième album studio pour le chanteur. Rhythm and Blues est déjà certifié double platine en France, avec 200 000 exemplaires vendus.

Garou, qui est devenu «coach» vedette à l'émission The Voice, en France, replonge en quelque sorte dans ses débuts de carrière davantage axés sur le blues.

Avec son groupe The Untouchables, il chantait le blues dans les bars avant d'être découvert pour la comédie musicale Notre-Dame-de-Paris.

Pour «Rhythm and Blues», il préfère ne pas parler d'un «retour», faisant valoir qu'il a voulu relever le défi d'apporter une touche de modernité. Avec le «nouveau soul» à la Amy Winehouse ou Adele, «on a un peu oublié sa cousine, le rhythm and blues», a fait valoir Garou en entrevue.

Il revoit ainsi sur cet album If I Ain't Got You d'Alicia Keys, Lonely Boy popularisé par The Black Keys, Quand tu danses de Gilbert Bécaud et le succès Cash City de Luc De Larochellière.

L'album compte aussi des reprises de I Put a Spell on You popularisé par Nina Simone et Je voudrais voir New York de Daniel Lavoie.

«J'ai voulu faire preuve d'audace, en allant chercher des morceaux qui n'ont rien à voir avec le rhythm and blues. J'ai pigé dans toutes les époques. Il y a eu des échecs, des pièces qu'on a laissé tomber», a expliqué l'interprète.

Ce fut donc un travail d'essais-erreurs en compagnie de musiciens du groupe anglais Plan B, lors de l'enregistrement à Londres, pour arriver au résultat final.

Ces pièces «commandent la scène», selon Garou, qui a déjà fait trois semaines de tournée en Europe, et qui poursuit sur sa lancée.