Les feuilles mortes en guise d'introduction et de conclusion. Jacques Prévert et Joseph Kosma repris par Iggy Pop, grand-oncle du punk féru de culture contemporaine, est-ce possible?

Alain Brunet LA PRESSE

Parfaitement. Il est aussi possible de l'entendre camper le crooner déjanté sur une version easy listening d'Insensatez (How Insensitive dans le cas qui nous occupe), se répandre sur King of the Dogs, adaptation d'un jazz primitif amarré à Chicago dans les années 20 (signé Louis Armstrong et Lil Hardin), ou encore emprunter les formes minimalistes du delta blues dans He's Dead/She's Alive. Figurent aussi au programme rock convaincant (Nice To Be Dead), post-rock fondé sur le blues (Je sais que tu sais), de ballade morrisonienne en mode européen (Spanish Coast), on en passe. Cette superbe mixtion «améropéenne», selon le principal intéressé, s'inspire du roman La possibilité d'une île de Michel Houellebeck - l'écrivain a d'ailleurs participé à l'écriture de A Machine For Loving. En ce qui me concerne, pas le moindre grain de sable ne sera signalé dans l'engrenage. 

Chanson à écouter: Nice to Be Dead

Rock

Iggy Pop

Préliminaires

EMI/Virgin

****