C'est cliché, mais on va le dire quand même: Gabrielle Shonk a quelque chose comme une vieille âme. Il se dégage du premier disque de la chanteuse de 29 ans tant d'intelligence, de puissance et de sensibilité qu'on ne peut qu'être happé par son folk intemporel appuyé par des arrangements soignés.

Mis à jour le 16 oct. 2017
Josée Lapointe LA PRESSE

Guitares, cordes, clavier, cuivres, chaque chanson véhicule son propre univers: il y a un monde entre Raindrops, plus indie pop, et The Cliff, qui sonne comme une vieille chanson blues, tout comme entre le choeur d'enfants dans When We Were Young et le minimalisme touchant de Trop tard.

À travers ce disque réalisé par Simon Pedneault se dégage surtout le son classique de la chanson américaine guitare-voix - il y a presque du Gillian Welch dans cette authenticité qu'on entend dans des pièces comme Missing Out et Sidewalks.

Avec ses mélodies soignées et ses textes bien ciselés qui parlent de liberté, de jeunesse ou d'engagement - la jeune femme a une capacité d'évocation tant en anglais qu'en français -, ce disque homonyme dégage beaucoup de paix. Une oeuvre sereine, portée par la voix riche, profonde et texturée d'une chanteuse qu'on n'a pas fini d'entendre.

* * * 1/2

FOLK. Gabrielle Shonk. Gabrielle Shonk. Universal.