Colin Stetson, que certains qualifient de génie, nous avait d'abord fasciné par son approche iconoclaste, voire sa contribution au renouvellement du langage instrumental: respiration circulaire, voix humaine filtrée à travers les anches de ses multiples saxophones et clarinettes, micro-contacts disposés sur ses instruments et ses tuyaux, contrepoint de motifs joués simultanément, effets de saturation, effets de percussion...

Mis à jour le 15 mai 2017
Alain Brunet LA PRESSE

Après avoir enregistré tout ça sur quelques albums, le musicien américain (transplanté à Montréal) avait varié ses propositions, avec le superbe opus en tandem avec la violoniste Sarah Neufeld et une relecture vivifiante de la Symphonie no 3 de Gorecki.

Le revoilà qui se consacre à sa recherche soliloque. Quelques éléments supplémentaires y sont suggérés côté percussions, spirales harmoniques et bourdons variés.

Cela est digne d'intérêt pour les fans de technique, mais ça me semble tenir davantage de la découverte de détails singuliers que de la création d'oeuvres qui durent. Posé en toute ironie, le titre de l'album («Je fais tout ça pour la gloire») laisse entendre que son protagoniste se défend de vouloir épater la galerie.

C'est bien pour dire...

* * * 

JAZZ CONTEMPORAIN. All This I Do For Glory. Colin Stetson. 52 HZ/Kartel Music Group/Bandcamp.