Même réunies, les pratiques du jeu de gorge, de la transe profane et de la musique improvisée ont-elles leurs limites? Au terme d'une décennie d'expériences sonores coiffées par le prix Polaris en 2014, il était permis de le croire.

Mis à jour le 26 oct. 2016
Alain Brunet LA PRESSE

Qu'y avait-il à ajouter avec ce cinquième opus de la performeuse originaire du Nunavut? Jesse Zubot, partenaire de scène de Tanya Tagaq Gillis, en a bien saisi l'enjeu pour faire évoluer cette expression sur cet excellent Retribution.

Le jeu instrumental y est moins directement associé au jazz contemporain et à l'avant-rock, et inclut des sensibilités métal, électro, hardcore, drone ou même hip-hop - avec une participation du MC canadien Shad, des artistes inuits Radik Tyulyush et Ruben Komangapik.

Ce nouveau chapitre passionnant se conclut par une version chamanique de Rape Me (Nirvana), judicieusement choisie dans le contexte des agressions violentes subies par les femmes autochtones.

Hormis la précarité de la condition féminine dans les Premières Nations, sont ici évoqués la dégradation de l'environnement, le mépris des Premières Nations et d'autres gâchis dont les humains devront payer le prix.

Vérité et... châtiment.

* * * *

WORLD 2.0. Retribution. Tanya Tagaq. Six Shooter Records.