Faites l'exercice: écoutez d'abord cette brillante relecture de la Troisième Symphonie d'Henryk Górecki, dite symphonie des chants plaintifs (op. 36), composée en 1976 pour soprano et orchestre symphonique.

Publié le 18 avr. 2016
Alain Brunet LA PRESSE

Puis écoutez les grands crus de Godspeed You! Black Emperor, ou encore rappelez-vous la superbe musique interprétée il y a quelques jours par le fameux ensemble montréalais au Théâtre Maisonneuve derrière les neuf danseurs de la troupe The Holy Body Tattoo.

Le lien est plus qu'évident. À son tour, le saxophoniste chéri des hipsters témoigne de cette culture goreckienne et offre le projet le plus ambitieux de sa discographie: transcrire le compositeur polonais dans une esthétique post-rock, soit pour 11 musiciens et 1 chanteuse.

La réduction de l'orchestre symphonique est ici largement compensée par la puissance et le filtrage des multiples instruments à anche de Stetson et Dan Bennett (saxophones et clarinettes), des synthétiseurs et des guitares électriques, auxquels se greffent batterie, violon, violoncelle, sans compter la douée mezzo-soprano Megan Stetson, soeur du maître d'oeuvre.

Très réussi.

* * * *

MUSIQUE CONTEMPORAINE. Sorrow - A Reimagining of Gorecki's 3rd Symphony. Colin Stetson. 52Hz/Juno Records.