On peut maintenant parler d'évolution pour Lana Del Rey. Avec son quatrième album lancé hier - considérant le diptyque Born To Die et Paradise -, la femme fatale de la chanson démontre qu'elle a su créer un univers propre à chacun de ses albums.

Publié le 21 sept. 2015
Émilie Côté LA PRESSE

Après les effluves plus rock d'Ultraviolence, elle dévoile son côté sombre avec une succession des ballades sur Honeymoon.

Le format de la chanson prime la facture pop. Le rythme est lent, les arrangements, d'une douceur orchestrale et le ton plus langoureux que jamais.

Avec l'ajout subtil de saxophone et des claviers légèrement angoissants, Lana Del Rey continue de faire référence à l'univers de David Lynch. Sa reprise de Don't Let Me Be Misunderstood de Nina Simone? Exquise. Une chanson trouble qui colle au mystère mélancolique de la jeune femme.

Certains auraient peut-être souhaité plus de refrains à la High On The Beach; Honeymoon s'écoute plutôt comme un tout éthéré.

* * * 1/2

CHANSON POP. Lana Del Rey. Honeymoon. Universal.